Bellegarde : le chantier de l’Ehpad Croix-Rouge, un défi technique et architectural

Le bâtiment arrondi inclut la mise en place «
d’énormes poutres
» comme l’indique Gallia.
Le bâtiment arrondi inclut la mise en place « d’énormes poutres » comme l’indique Gallia. - Patriarche&Co

Actuellement situé rue de Musinens, l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) devrait jouir, dans les mois à venir, de nouveaux locaux. Le projet porté par la Semcoda n’est pas d’aujourd’hui et a connu de multiples rebondissements (voir page 13). Cette fois, l’entreprise Gallia BTP pose ses outils sur ce chantier dont l’aboutissement est très attendu par de multiples acteurs, notamment par Marie-Laure Marini de Gregorio, directrice de l’actuel Ehpad.

Une reprise sans grands risques

Avant Gallia, Floriot était chargé du gros œuvre. Comment le relais d’un tel projet s’est passé ? Florent Gallia, président de l’entreprise Gallia BTP, répond : «   Floriot est une bonne entreprise. A l’époque, elle était mal gérée mais les employés sont très compétents. Donc les risques qu’on découvre une mauvaise surprise sont maigres. En plus, sur ce genre de chantier, il y a des contrôleurs techniques, des avis techniques, des bureaux d’études…   »

Gallia profite des fondations du bâtiment établies du temps de Floriot. «   Là il faut que nous retirions la terre qui s’est cumulée pendant une bonne année sur les pieux, pour retrouver les têtes de pieux. Nous avons aussi dû revoir les fondations existantes pour l’accueil de la grue   ». Le conducteur de travaux Claude Chanel développe : «   Effectivement, nous pensions bénéficier des fondations de grue existantes mais cela n’a pas été possible pour deux raisons. D’abord, l’entreprise qui avait fait ces fondations n’a pas été payée par Floriot. Donc quand nous avons repris le projet, on nous a dit «si vous voulez bénéficier des éléments en place, vous devez payer». S’ajoute à cela l’emplacement de ces fondations qui, techniquement, n’étaient pas judicieusement placées. Nous avons préféré tout refaire. Ça nous a coûté de l’argent, mais c’est plus sûr   ».

Un « projet de prestige » pour Gallia

Comme le montre le visuel ci-dessus, l’établissement qui sera érigé possède un design particulier. Et cela engendre des défis architecturaux et techniques que Gallia aborde avec le sourire : «   C’est un projet de prestige. On n’a pas tous les ans la chance de faire des bâtiments d’aussi belle qualité, architecturalement et techniquement. Le côté architectural engendre les défis techniques. Pour nous, cette structure sera une carte de visite   ».

L’ordre de service de démarrage date du 26 août dernier. Après deux mois de préparation incluant la pose de la grue le 10 octobre, les travaux redémarrent officiellement le 26 octobre. Neuf mois de gros œuvre sont prévus, hors intempéries. 22 mois au total ont été comptés pour ce projet. Gallia s’est associé à Limoge Revillon qui l’épaulera pour la mise en place de nombreux préfabriqués.