Albertville : affaire des enfants déscolarisés, le démenti de Joy

Albertville : affaire des enfants déscolarisés, le démenti de Joy

C’est non sans une certaine stupeur que Joy dit avoir pris connaissance de l’article consacré au couple d’Albertvillois soucieux de déscolariser ses deux enfants de l’école primaire Louis Pasteur : « je suis la sœur de l’homme à qui ils reprochent de les terroriser... Il a été condamné en 2017 pour les faits que vous relatez, mais depuis qu’il est sorti de prison, je vous garantis qu’il respecte son interdiction de paraître à Albertville. Il habite Ugine, travaille à Ferney-Voltaire, commence à 6h du matin et revient à 18h le soir... comment voulez-vous qu’il ait le temps de venir dans le quartier aux horaires de l’école  ? Ça fait un an que cette famille a déménagé, que tout allait bien, pourquoi met-elle aujourd’hui de l’huile sur le feu en nous imputant ses choix de ne pas scolariser ses enfants ? Ça me sidère ».

Bien que remontée par cette sortie médiatique qu’elle estime injustifiée, Joy temporise  : « Je ne viens pas la dénigrer, je veux juste qu’elle nous foute la paix. Je sais les problèmes qu’elle rencontre, mais s’ils sont si nombreux, peut-être faut-il juste qu’elle se remette en question, ça ne peut pas toujours être de la faute des autres ». Et de conlure  : « elle parle d’un traumatisme, mais de tels propos venant d’une personne qui n’a pas ménagé notre famille, ça créé un réel mal-être. Des plaintes à son égard, nous aussi nous en avons déposées »