Genève: une ambulance volante, le projet fou des Hôpitaux universitaires

L'avantage le plus notoire, serait pour les HUG à Genève, de transporter un patient le plus rapidement possible d'un point A à un point B. © DRK
L'avantage le plus notoire, serait pour les HUG à Genève, de transporter un patient le plus rapidement possible d'un point A à un point B. © DRK

Le drone n’est plus une ineptie ou un jouet d’enfant. Et bientôt, il pourrait avoir sa place dans la flotte des hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

En septembre dernier la Fédération suisse des directeurs d’hôpitaux la (FSDH) a reçu le Prix de l’Innovation pour l’utilisation d’un drone pour le transport de médicaments. Depuis 2017, le réseau hospitalier du canton du Tessin transporte des échantillons de laboratoire entre deux hôpitaux, avec un drone de la Poste suisse. Néanmoins, deux chutes de drones, l’un dans le lac de Zürich et l’autre dans une forêt, ont refroidi l’enthousiasme du géant postal.

1

Le projet est-il réaliste ?

Selon Marc Wagner, expert anti-drones non-coopératifs, « ce projet est faisable s’il est accompagné des bons experts sur le plan technique et juridique. Un drone volant ou un aéronef sans pilote peut avoir plusieurs configurations. Bien qu’en principe un drone ne comporte pas de pilote, cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de personnels qualifiés pour l’accompagnement du patient  » précise encore l’expert. Ce qui présente un nouveau défi technologique pour la recherche.

2

Des essais se multiplient dans le monde

À Dubaï et en Chine, dans une moindre mesure, on tente d’utiliser ce nouveau type de « taxis volants ». Abu Dhabi envisage très prochainement de transporter le personnel sur les plates-formes pétrolières. Malheureusement, les tests des prototypes pour le transport de personnes, ne pourront pas s’effectuer à Genève car la configuration du canton ne s’y prête pas.

3

Combien coûte un tel projet ?

« L’enveloppe budgétaire pour payer tout le travail pourrait atteindre facilement 50 millions d’euros  », explique Marc Wagner, « sinon juste pour l’implémentation avec un aéronef à décollage vertical autonome abouti, l’enveloppe budgétaire serait de 10 millions d’euros ».

L’Association européenne des directeurs d’hôpitaux (AEDH) encourage le transport par drone, une amélioration « pour les hôpitaux et les patients en termes de temps de transport, de coûts et d’écologie  ». La mobilité urbaine aérienne qui est disruptive dépend et dépendra des principes de sécurité qui sont extrêmement élevés dans l’industrie de l’aviation dite traditionnelle.