Seyssel : vers un retour à la circulation normale sur le pont ?

Les travaux ont débuté en avril dernier.
Les travaux ont débuté en avril dernier.

Depuis le 8 avril dernier, soit un peu plus de six mois, l’emblématique pont à haubans qui relie l’Ain à la Haute-Savoie, connaît des travaux assez spectaculaires. La première phase des travaux devrait bientôt se terminer, comme prévu.

Pourquoi de tels travaux ?

Vincent Gravier, responsable routes et aménagements du Département de l’Ain, explique : « Deux constations principales se sont dessinées. La première, c’est que le béton du pont était atteint de pathologies, une qu’on appelle l’alcali-réaction et l’autre réaction sulfatique interne. En gros, elles conduisent le béton à gonfler, donc à se fissurer. Il fallait lutter contre cela. La seconde constatation indiquait qu’il fallait repeindre les parties métalliques du pont et refaire la protection anticorrosion  ».

Qu’y fait-on ?

Concernant le béton qui gonfle, « il fallait qu’on stabilise le phénomène » commente Vincent Gravier. Pour cela, « on commence par obturer les fissures existantes. On les bouche, puis on enveloppe une partie du béton atteint par des fibres de carbone, des bandes de carbone. Accessoirement, ces fibres imperméabilisent la surface en sachant que l’eau est un réactif dans la pathologie. Ça permet aussi de pérenniser l’ouvrage ». Par ailleurs, le béton est protégé par un traitement spécial. L’objectif est de terminer de traiter l’ensemble du pylône (le principal, et les deux autres qui forment un Y inversé) d’ici la fin du mois d’octobre. Pour la peinture, « on a attaqué le côté Haute-Savoie. La moitié de la travée est faite  ».

Et la circulation alors ?

Depuis le début des travaux, la circulation est alternée et peut même connaître quelques coupures la nuit. « Il y a une gêne, c’est clair, admet le responsable routes et aménagements du Département. Mais pas mal de conducteurs ont dérivé sur d’autres routes. Et puis, les gens n’attentent pas trois ou quatre cycles de feu pour passer. Souvent au bout d’un cycle, on est passé. »

Les travaux vont s’interrompre pendant la période hivernale. La trêve débutera début novembre. Ce qui aura une incidence plutôt positive pour les conducteurs : « Une fois les échafaudages défaits, on va remettre le pont en circulation normale le pont, et ça, jusqu’au mois de mars 2020, où seront repris les travaux de peinture entre le pylône et la rive côté Ain, pour une fin d’ici octobre 2020 ».

Afin de restaurer et de fortifier le pont, quatre millions d’euros (toutes taxes comprises) ont été investis.