Divonne : une déchetterie pour 2021

Le quai d'une grande surface accueillera 15 bennes.
Le quai d'une grande surface accueillera 15 bennes. - Pays de Gex Agglo / D. Ferre Architectes

La déchetterie de Versonnex arrive à saturation, elle dessert un trop grand nombre d’habitants, elle est éloignée des pôles de population (Gex, Divonne et Ferney), elle est saturée en termes de circulation et de stockage, notamment le week-end, le manque de place limite le réemploi des objets et empêche tout agrandissement.

De trois, le nombre de déchetterie passera à cinq : Saint-Genis et Péron, déjà existantes, Ornex, Divonne et Echenevex, ce qui mettrait tous les Gessiens à moins de 10 minutes d’une déchetterie. Celle de Versonnex serait amenée à disparaître.

Les déchetteries mieux dimensionnées permettent un meilleur recyclage, la possibilité de stocker permettra d’envoyer les objets réutilisables à la ressourcerie qui devrait voir le jour à Ornex.

Une organisation et une intégration paysagère optimisées

Le terrain mis à disposition par la commune a une surface de 10 923 m², la parcelle se situe à côté de celle qui servait autrefois de décharge autorisée. La construction s’étendrait sur 9 300 m² (3 500 m² actuellement à Versonnex). Le quai accueillera 15 bennes, il sera possible de stocker des bennes d’avance afin de pouvoir remplacer celles qui sont pleines, ce qui permet d’optimiser les rotations. La file d’attente des voitures se trouvera dans le site et non sur la route d’accès comme actuellement à Versonnex. Deux voies permettront une circulation différenciée entre les véhicules des habitants et les camions qui viennent chercher les bennes.

Des trémies et des barrières anti-chute sécuriseront l’accès aux bennes. Un local sera dédié au stockage des déchets dangereux, un espace accueillera le stockage des objets réutilisables. Un bassin de rétention des eaux de pluies de 178 m² pourra servir en cas d’incendie. Une attention particulière sera portée à l’aspect de l’entrée et des bâtiments.

Des travaux qui pourraient démarrer fin 2020

Le site a toutefois quelques contraintes, il est situé en zone humide, il faudra donc recréer une zone humide à proximité. Le site abrite une fleur rare protégée qu’il faudra réimplanter. 12 mois d’études devraient encore être nécessaires. La construction coûtera à la communauté d’agglomération la somme de 2,6 millions d’euros TTC. Les travaux devraient démarrer fin 2020 pour une ouverture à l’automne 2021. 4 personnes se relayeront sur le site qui ne sera fermé que le dimanche après-midi.