Ain : un téléphone pour sauver des vies

Le téléphone grave danger est doté d’un bouton spécial permettant de déclencher un appel d’urgence.
Le téléphone grave danger est doté d’un bouton spécial permettant de déclencher un appel d’urgence.

Depuis 2014, afin de protéger les femmes en très grand danger, l’Etat a décidé de déployer un système de téléphone d’alerte sur l’ensemble du territoire. En 2015, des centaines de « téléphones grave danger » sont ainsi répartis entre les départements.

Le dispositif de téléassistance, dans le cadre de la protection des personnes en situation de très grave danger, a pour objectif de lutter efficacement contre les violences conjugales en prévenant de nouveaux passages à l’acte, mais aussi d’assurer un soutien et un accompagnement constant aux victimes les plus fragiles. Ce dispositif s’adresse également aux victimes de viol au titre d’une mesure de protection.

Quelle est sa spécificité par rapport à un autre téléphone ?

Il dispose d’une touche spécifique, qui est un bouton d’appel d’urgence préprogrammé, permettant une mise en relation automatique et directe avec le service de téléassistance. Le « téléassisteur », appelé par la victime, est chargé d’évaluer la situation et de lever le doute. En cas de danger avéré, il demande immédiatement l’intervention des forces de l’ordre, lesquelles dépêchent une patrouille qui se rendra auprès de la victime, sans délai. Le téléphone peut permettre une géolocalisation.

Quelles sont les conditions d’attribution ?

Les conditions juridiques d’attribution du « téléphone grave danger » sont au nombre de trois : consentement de la victime ; absence de cohabitation entre la victime et la personne mise en cause ; interdiction judiciaire d’entrer en contact avec la victime.

Qu’en pensent les associations locales ?

Evoqué lors de la visite du sous-préfet aux locaux ferneysiens de « Ni putes ni soumises » (le jeudi 3 octobre) il a été rappelé que ce téléphone d’urgence existe en 7 exemplaires dans l’Ain. Seuls 5 d’entre eux ont été attribués, dont 1 dans la commune de Valserhône. Pour les associations locales, la limite de ce dispositif demeure dans les conditions trop drastiques d’attribution. Souhaitant un assouplissement du système, elles estiment que le temps de remise par le procureur de la République est souvent complexe et que l’interdiction judiciaire de contact n’est pas toujours actée dans des cas qui nécessiteraient pourtant ce téléphone. Cependant, le dispositif a été globalement salué car, dans des situations particulières, il peut sauver des vies.