Pays de Gex : hôpital, clinique, privé/public... un projet assurément politique

«De manière plus générale, il est évident que tous les projets de ce type doivent faire l'objet d'une concertation et d'un échange avec la population», affirme le groupe Ferney en Grand.
«De manière plus générale, il est évident que tous les projets de ce type doivent faire l'objet d'une concertation et d'un échange avec la population», affirme le groupe Ferney en Grand.

En marge de l’événement organisé par Olga Givernet, les opposants à un projet d’hôpital privé dans le Pays de Gex ont tenu à faire entendre leur voix. Six policiers municipaux avaient été dépêchés par peur des dérapages.

De nombreux acteurs politiques étaient présent, ainsi que des associations de riverains telles que l’association Belvédère du Morland. Sans avoir été invités, ces derniers ont expliqué avoir eu vent de cette soirée « grâce aux réseaux sociaux ». « On n’est pas des violents, on veut seulement pouvoir participer au débat », explique l’un des membres de l’association créée il y a une dizaine d’années pour défendre la qualité de vie autour des chemins de la Planche Brûlée, du chemin des Trois Noyers et de la RD35.

« On proteste sur l’objet et la méthode »

L’un des premiers sur le front, Jean-Loup Kastler, conseiller municipal de l’opposition issu du groupe Ferney en grand.

«  On proteste à la fois sur l’objet, et sur la méthode, explique-t-il. La communauté d’agglomération a organisé une vraie-fausse réunion publique, et auprès de la presse, c’est présenté comme une réunion ouverte de co-construction [...] La table ronde, ça ne veut rien dire, et la réunion n’est inscrite à aucun agenda de la mairie. »

Sans invitation, difficile de savoir exactement l’objet précis de cette «table ronde» pour les opposants, mais pour eux, leur exclusion écarte d’office le débat.

« C’est un huis-clos avec une réflexion sur la volonté d’imposer une solution et de mettre les gens devant le fait accompli », insiste Jean-Loup Kastler.

Pour le collectif «Stop au béton», également présent parmi devant Le Châtelard, « il est important de montrer que l’opération de communication de Mme Givernet et M. Raphoz était un flop, très peu d’élus et de médecins sont venus. Il y avait d’ailleurs plus de manifestants (pour diverses causes) que de personnes à l’intérieur. »

« Le secteur de la santé doit être pensé au-delà de l’hôpital »

A  l’annonce de l’événement lancé par la députée Renaissance, la Nupes a envoyé un communiqué de presse : « Non à la privatisation de la santé dans le Pays de Gex ! »

Nous avons posé 3 questions à Céline Carle Faye, co-secrétaire du groupe local EELV et suppléante Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) aux législatives 2022.

Pourquoi avoir tenu à envoyer ce communiqué à ce moment précis ?

On a voulu clarifier notre position vis-à-vis de ce projet [d’hôpital privé à Ferney] dans lequel rien ne va, que ce soit d’un point de vue social avec cette clinique privée réservée à quelques-uns et qui ne sera pas le service public qu’on attendait. Et également d’un point de vue écologique en ayant déclassé cette zone agricole [à Ferney] de 16 hectares pour une clinique qui en prendrait 2 ha. C’est une atteinte à la biodiversité. Ce projet très isolé n’a pas une vision à long terme et ne correspond pas du tout à ce qu’attendent les Gessiens, Gessiennes.

Privé ou public, rien n’a cependant été encore acté

C’est très flou, on n’arrive pas bien à comprendre. Notre sentiment à la vue de ce qui est annoncé est que l’on est encore une fois sur une politique de privatisation dans la droite ligne du gouvernement actuel.

Quel modèle envisageriez-vous pour un futur établissement de santé ?

L’idée est que l’hôpital soit public. Après les modèles sont variés, mais le financement doit venir des collectivités et de l’Etat. C’était tout de même une des promesses de campagne de Laurent Wauquiez pendant les régionales de 2021, un hôpital public financé en partie par Auvergne-Rhônes-Alpes, et là il ne se passe plus rien. Maintenant, on se retrouve avec un projet de clinique privée soutenue par notre députée […] Le secteur de la santé doit être pensé au-delà de l’hôpital parce que l’idée est de faire s’installer plus de médecins, de les accompagner grâce à des logements, des primes à la vie chère, des places en crèches… Clairement, ce projet n’envisage qu’un petit bout du problème et ne règle rien.