La Chapelle-d’Abondance : une Odyssée des enfants sous la neige

Une vingtaine de collégiens ont conduit leur attelage pour une course en conditions réelles.
Une vingtaine de collégiens ont conduit leur attelage pour une course en conditions réelles.

Le redoux et la fonte de la neige ont contraint les organisateurs à déplacer l’étape chapellane de la Grande Odyssée à Châtel. Mais l’Odyssée des enfants a bien été maintenue au pied de la télécabine de la Panthiaz. Lundi 9 janvier à 14 heures, une vingtaine d’élèves des collèges du Val d’Abondance et de Sainte-Croix-des-Neiges se sont donc élancés sur la piste pour leur course.

« On s’est entraînés mercredi dernier et ce matin, on a revu la technique puis on s’est occupés des chiens », explique Roman. Cet élève de 4e n’a pas hésité quand on lui a proposé de s’initier au mushing. « J’aime bien les sports de glisses et je n’en avais jamais fait. »

A cause du redoux, la taille de la piste a été réduite.
A cause du redoux, la taille de la piste a été réduite.

Avant la course, Sandra Ferrari et son équipe préparent les attelages avec les enfants. « On met trois chiens par attelage, explique Célia Ferrari, fille de la musheuse. Nos chiens sont adaptés aux balades avec des enfants et ils vont suivre le premier traîneau conduit par ma mère. Si besoin, le chien de tête répond aux ordres pour se diriger. »

Encadrée par une juge de la Fédération française des sports de traîneau, la course commence avec sept premiers conducteurs, chacun équipé d’un dossard comme dans une course classique. Malgré quelques accrochages liés à l’enchaînement des boucles, la course reprend son cours sans encombre pour les collégiens. « Les chiens se connaissent tous, quand certains en ont vu d’autres arriver en sens inverse, ils ont voulu les suivre et repartir dans l’autre sens », explique le speaker.

Sous la neige et sous l’œil des mushers de la Grande Odyssée dont le camp de base s’est installé sur le parking de la Panthiaz, les mushers amateurs enchaînent les boucles sans problème. Au moment des changements de conducteurs, ils mettent à profit leurs connaissances nouvelles pour s’aider et orienter les chiens. De quoi, peut-être, susciter des vocations pour de futurs participants à la Grande Odyssée.