Bébés morts à Rumilly : que révèlent le début de l’enquête et l’autopsie?

Bébés morts à Rumilly : que révèlent le début de l’enquête et l’autopsie?

Après la révélation de la découverte de deux corps de bébés morts, le jour de l’An à Rumilly, les premières informations du parquet d’Annecy étaient très attendues.

Dans un communiqué de presse, vendredi 6 janvier 2023 en début d’après-midi, la procureure de la République, Line Bonnet, a fait un point sur les premiers éléments de l’enquête, ouverte pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans.

La mère de famille hospitalisée

Tout a démarré le 1er janvier 2023 à 14 heures, lorsqu’une femme de 35 ans habitant Rumilly a contacté le 17 pour « faire part de ses intentions suicidaires », d’après la magistrate. « Au cours de l’appel elle a indiqué avoir à son domicile les corps de deux bébés morts. »

Sur place, dans un appartement au 4e étage du bâtiment nº12 de la Cité La Salle, les gendarmes ont découvert, « sur l’indication de la requérante, deux dépouilles emmaillotées dans une valise ». La femme, en raison de son état de santé, a été hospitalisée sous contrainte. « Elle est toujours hospitalisée à ce jour et n’a pu être entendue par les enquêteurs », indique la procureure.

Un cordon ombilical sur l’un des corps

Les investigations ont alors été confiées à la brigade des recherches (BR) d’Annecy et à la section de recherche (SR) de Chambéry avec l’appui de la cellule d’identification criminelle (CIC) d’Annecy. Mercredi 4 janvier, des autopsies ont été réalisées à l’institut médico-légal de Grenoble.

« La date des décès et leur cause n’ont pu être déterminées à ce stade. Des analyses complémentaires ont été diligentées. La présence d’un cordon ombilical sur un des deux corps permet de supposer toutefois qu’il s’agissait d’un nouveau-né », dévoile le parquet annécien.

Le compagnon remis en liberté, les enfants placés

Concernant le compagnon de cette femme, avec qui il était en couple depuis 2019, il a été placé en garde à vue le 5 janvier dernier pour recel de cadavre, à son retour en France, alors qu’il se trouvait à l’étranger depuis le 13 décembre 2022. « Aucune charge n’a été retenue contre lui et il a été mis fin à sa garde à vue ce jour à 11h50 », précise Line Bonnet.

Les deux enfants du couple, « nés en 2020 et 2021 », donc âgés d’environ deux et trois ans, ont « fait l’objet d’une ordonnance de placement provisoire le 1er janvier 2023 » et été « confiés à l’aide sociale à l’enfance ».

Le parquet d’Annecy a ouvert, vendredi 6 janvier, une information judiciaire pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans.