Un enfant sur 5 souffre de malnutrition dans le monde

Dans un rapport publié le 14 octobre 2019, l’Unicef alerte sur les mauvais régimes alimentaires qui nuisent à la santé à travers le monde. 40 millions d’enfants sont en surpoids ou obèses dans le monde. - Photo d’illustration
Dans un rapport publié le 14 octobre 2019, l’Unicef alerte sur les mauvais régimes alimentaires qui nuisent à la santé à travers le monde. 40 millions d’enfants sont en surpoids ou obèses dans le monde. - Photo d’illustration

Pour l’Unicef, un nombre trop élevé d’enfants subit les conséquences « d’une mauvaise alimentation et d’un système alimentaire qui ne tient pas compte de leurs besoins. ». Dans le rapport sur la Situation des enfants dans le monde 2019 – Enfants, nourriture et nutrition, l’organisation signale qu’un enfant de moins de 5 ans sur trois, soit 200 millions d’enfants, souffre de dénutrition ou de surpoids. D’autre part, près de deux enfants âgés de 6 mois à deux ans sur trois ne consomment pas d’aliments capables de soutenir la croissance rapide de leur corps et d leur cerveau.

« Les enfants qui mangent mal vivent mal »

« Malgré toutes les avancées technologiques, culturelles et sociales des dernières décennies, nous avons perdu de vue l’essentiel : les enfants qui mangent mal vivent mal », indique Henrietta H. Fore, Directrice générale d’UNICEF. « Des millions d’enfants ont une mauvaise alimentation pour la simple raison qu’ils n’ont pas d’autre choix. Le regard que nous portons sur la malnutrition et la manière dont nous traitons ce problème doivent évoluer : l’enjeu n’est pas tant de donner aux enfants suffisamment de nourriture, mais de leur donner les bons aliments. Voilà le défi que nous devons tous relever aujourd’hui . »

Le rapport de l’Unicef souligne que, à l’échelle mondiale :

– 149 millions d’enfants présentent un retard de croissance ou sont trop petits pour leur âge

– 50 millions d’enfants souffrent d’émaciation ou sont trop maigres pour leur taille

– 340 millions d’enfants souffrent de carences en vitamines et en nutriments essentiels tels que la vitamine A et le fer

– 40 millions d’enfants sont en surpoids ou obèses

Les plus pauvres sont les plus durement touchés

Que ce soit dans les pays à revenus élevés ou dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires, ce sont les enfants et les adolescents des communautés les plus pauvres et marginalisées qui sont le plus sévèrement frappés par la malnutrition sous toutes ses formes. D’autre part, les catastrophes liées au climat provoquent de profondes crises alimentaires.

Comment y remédier ?

Pour lutter contre la malnutrition sous toutes ses formes, l’Unicef exhorte les gouvernements, le secteur privé, les donateurs, les parents, les familles et les entreprises à aider les enfants à grandir sainement et propose plusieurs mesures :

1 Donner les moyens aux familles, aux enfants et aux jeunes de demander des aliments nutritifs, notamment en améliorant l’éducation à la nutrition et en utilisant des mesures législatives éprouvées, telles que les taxes sur le sucre, afin de réduire la demande d’aliments mauvais pour la santé ;

2 Encourager les fournisseurs de denrées alimentaires à agir dans l’intérêt des enfants, en les incitant à produire des aliments sains, pratiques et abordables ;

3 Créer des environnements alimentaires sains pour les enfants et les adolescents en utilisant des approches qui ont fait leurs preuves, telles que l’utilisation d’étiquettes précises et faciles à comprendre sur les emballages et des contrôles plus stricts en ce qui concerne la commercialisation des aliments préjudiciables à la santé ;

4 Mobiliser les systèmes de soutien dans les domaines de la santé, de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, de l’éducation et de la protection sociale afin d’améliorer les résultats nutritionnels pour tous les enfants ; Collecter, analyser et utiliser régulièrement des données et éléments de preuve de bonne qualité pour orienter les actions et suivre les progrès.