Insolite: un stade omnisports avait été imaginé... dans le bois Vidald’Aix-les-Bains

Insolite: un stade omnisports avait été imaginé... dans le bois Vidald’Aix-les-Bains

Imaginez de grandes tribunes, des terrains de sport, un vaste parking et tout cela dans le parc du bois Vidal… Un tel projet aurait aujourd’hui fait grand bruit ! Mais l’idée d’aménager en un stade une partie de ce poumon vert, situé à quelques pas du centre-ville d’Aix-les-Bains, a pourtant bien existé il y a un peu plus d’un demi-siècle.

D’un manque d’infrastructures à un projet de stade

À l’après-guerre, dans les années 1950, les installations sportives municipales ne suffisent plus. Le stade Aga Khan, ouvert en 1935 à l’arrière de la Savoisienne, est progressivement délaissé, son sol s’était en effet dégradé. Il est transféré à l’hippodrome en 1952, tout en devant cohabiter avec les autres disciplines, dont les courses hippiques. Dans le même temps, l’idée de construire un stade omnisports se profile sur les toutes premières hauteurs de la ville, dans le bois Vidal. D’autant que la Ville « a eu l’occasion d’acquérir une vaste propriété dont l’essentiel est le Bois Vidal, […] qui s’étend entre le hameau dit de Saint-Pol et le hameau de Marlioz », précise l’hebdomadaire local, le Journal Vert, en 1968.

Les terrains nord étaient trop pentus, mais ceux au sud constituaient « un emplacement tentant », en récupérant au passage quelques terrains proches par expropriation. Il n’était, par ailleurs, pas question de toucher à la partie boisée.

3 000 spectateurs et 400 stationnements

En 1965, le cabinet d’études lyonnais Merlin élabore un avant-projet ambitieux dans le grand champ au sommet du bois. L’espace serait composé d’un terrain pour le football et le rugby, entouré d’une piste d’athlétisme de 400 mètres, mais aussi d’autres terrains pour le tennis, le handball ou le volley-ball.

Par ailleurs, des vestiaires, des tribunes de 3 000 places et un grand parking de 400 places équiperaient le site. La création d’au moins un terrain d’honneur était indispensable mais suffisant pour l’historien savoyard Johannès Pallière (Journal Vert). Utilisé par les scolaires et les associations, ce stade permettrait aussi de dynamiser ce secteur de la ville. Toutefois, même si le projet semblait bien engagé, il sera finalement abandonné… sur ce site (voir ci-dessous).