Gex : Hélène Jeantin, des camps de réfugiés aux hauteurs de Lausanne

Hélène Jeantin, le jour de ses cent ans, à la fête organisée par le ville de Gex.
Hélène Jeantin, le jour de ses cent ans, à la fête organisée par le ville de Gex.

Le lendemain de mon arrivée à Genève, j’étais dans un camp de réfugiés. Ils ont vu que je n’étais pas en santé et je leur ai demandé de ne pas m’envoyer au bout de la Suisse – je veux rester à Genève.

Nous étions attablés avec d’autres réfugiés à une grande table. Un officier vient vers moi, et me dit : «  Vous n’avez rien à faire dans le camp de Champel. Quand vous aurez la permission de sortir du camp et si vous voulez trouver du travail, venez me voir  » et il me tend sa carte. C’est ce que j’ai fait, et c’est comme ça que j’ai trouvé du travail au centre de la Croix-Rouge Henri-Dunant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite