La Ville de Chambéry ne diffusera pas non plus les matchs de la Coupe du monde de football

De nombreuses villes contestent les conditions humaines et environnementales d’organisation du mondial de football.
De nombreuses villes contestent les conditions humaines et environnementales d’organisation du mondial de football. - Photo d’illustration

Toutes les villes s’emboîtent le pas. Après Lyon, Grenoble ou encore Annecy, c’est la Ville de Chambéry qui a décidé de ne pas diffuser les matchs de la Coupe du monde de football au Qatar, du 20 novembre au 18 décembre 2022.

Dans un communiqué, la municipalité indique qu’elle n’installera donc pas d’écrans géants ni de fan zone pour suivre les matchs.

Cette décision intervient face à un événement jugé comme un « non-sens environnemental et social » dans un contexte de sobriété énergétique demandée à la population. « L’action des pouvoirs publics doit être cohérente avec les efforts demandés », indique un communiqué de la Ville. Les conditions d’organisation du mondial au Qatar sont « en contradiction avec nos valeurs »  : stades climatisés en plein désert, navettes aériennes quotidiennes, condition de travail des ouvriers… « Par une mobilisation collective, (…), nous exprimons notre opposition à ce type d’organisations déconnectées des valeurs humaines et environnementales, afin que les prochaines décisions internationales en matière sportive tiennent compte de ces enjeux. »