Challes-les-Eaux: le ministre Gérald Darmanin en visite en Savoie pour promouvoir la réforme de la police

Challes-les-Eaux: le ministre Gérald Darmanin en visite en Savoie pour promouvoir la réforme de la police

À peine plus de deux semaines après sa visite officielle à Annecy, le 21 septembre, Gérald Darmanin a de nouveau fait étape en pays de Savoie, ce vendredi 7 octobre 2022. Du côté de Chambéry cette fois, plus précisément à l’Espace Bellevarde à Challes-les-Eaux, où le ministre de l’Intérieur répondait à l’invitation du syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), syndicat majoritaire affilié à la CFDT, qui y tenait son congrès national.

Policiers blessés ou pris à partie, critiques face à la répression de certaines manifestations, crise sociale, crise sanitaire, lutte contre le terrorisme… « ces dernières années, nous avons été en première ligne », précise Christophe Rouget, président du SCSI. Qui confie espérer « de l’écoute » de la part de son ministre, notamment en ce qui concerne la réforme de la police, en cours d’élaboration, ou encore la réforme des retraites, elle aussi en phase de concertation.

« Le langage de la vérité »

« Je me dois de vous interpeller, (…) nous sommes opposés au report de l’âge légal de la retra ite », insiste à la tribune Christophe Rouget. Qui ne cache pas sa crainte de voir reculer les « spécificités » de la police, à savoir des dispositions possibles pour des départs anticipés. Autre mise en garde du syndicat, qui donne le ton de l’échange ce jour à Challes-les-Eaux et des futurs bras de fer qui s’annoncent : « on s’opposera fermement à toute dégradation de ce qui fonctionne aujourd’hui ».

D’un ton amical mais ferme, à son tour au micro, le ministre tient ensuite à répondre point par point aux revendications. Et tente de rassurer les cadres de la police qui l’écoutent, sans dévier des objectifs du gouvernement. Dans un discours fleuve et sans notes, Gérald Darmanin réaffirme sa vision : « le langage de la vérité », selon lui, est de considérer que « c’est une très bonne chose que nous travaillions tous plus longtemps ». En prenant en compte ces fameuses particularités policières : « n’ayez crainte », leur promet-il, « j’ai le souci que ce soit le plus juste possible ».

En parallèle, Gérald Darmanin a longuement défendu la réforme de la police, qui mêle une réforme de la formation, de l’encadrement, des conditions matérielles d’exercice, mais aussi une nouvelle répartition des responsabilités au niveau local, devenue selon lui indispensable face à « une délinquance qui évolue vite ».