Pays de Gex : une année record pour la compensation financière genevoise

Depuis 2010 (chiffres les plus anciens communiqués par la Chancellerie de l’État), la CFG a augmenté de près de 56 %, ces douze dernières années.
Depuis 2010 (chiffres les plus anciens communiqués par la Chancellerie de l’État), la CFG a augmenté de près de 56 %, ces douze dernières années.

L’accord conclu entre le Conseil fédéral suisse et le gouvernement français quant à la compensation financière genevoise (CFG) fêtera ses cinquante ans l’année prochaine.

Datant de 1973, il prévoit la rétrocession, par Genève, de 3,5 % de la masse salariale brute des frontaliers qui habitent dans l’Ain et en Haute-Savoie, mais sont imposés dans le canton genevois, en raison de leur travail (lire page 3).

Cette année encore, les fonds frontaliers atteignent un nouveau record, avec près de 345,65 millions d’euros (342,85 M de CHF) reversés à l’agence centrale du Trésor par la République et le Canton de Genève en juillet dernier. Un pactole encore plus conséquent que celui de l’an dernier (326,2 M de francs suisses, soit 296,4 M €)

Mais comment expliquer la hausse de la CFG ?

1

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite