Le programme minceur « Comme j’aime » épinglé pour pratique commerciale trompeuse

Le programme minceur « Comme j’aime » épinglé pour pratique commerciale trompeuse

Le programme minceur « Comme j’aime » ne pourra plus utiliser l’argument de la « semaine gratuite » pour faire la promotion de ses repas, révèle Le Parisien jeudi 10 octobre.

Car en fait, il ne s’agit pas de gratuité.

L’entreprise, qui revendique 120 000 clients, vient d’être condamnée par le tribunal de grande instance de Paris à supprimer « dans l’ensemble de ses supports publicitaires (presse, télévision, Internet), y compris les témoignages, la mention d’une semaine gratuite », précise l’ordonnance de référé, citée par Le Parisien.

« La première semaine ne peut être considérée comme gratuite au sens de l’article L 121-4 du code de la consommation puisque le consommateur doit payer à la souscription trois semaines de programme, outre les frais de port s’il ne souhaite pas le poursuivre tout en demandant le remboursement des sommes qu’il a initialement versées », estime le tribunal.

Un mois pour se conformer au jugement

À l’origine de ce jugement, l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV), qui avait saisi en mai le tribunal de grande instance de Paris. François Carlier, son délégué général, déclare sur leparisien.fr : « En voyant l’ampleur des publicités, nous avons décidé d’attaquer car la notion de gratuité est très encadrée, explique-t-il. Pour que ce soit gratuit, il ne faut rien payer, qu’il n’y ait pas un transfert d’argent du consommateur vers le professionnel. Or, dans le cas de Comme j’aime, il ne s’agit pas d’une semaine gratuite mais plutôt du principe du satisfait ou remboursé. Ce n’est pas du tout la même chose. C’était donc une pratique commerciale trompeuse. »

La société, qui doit verser 10 000 € au titre de « l’atteinte portée à l’intérêt collectif des consommateurs », a un mois pour s’exécuter. À défaut, elle s’expose à « une astreinte provisoire de 500 € par infraction constatée ». Si l’entreprise fait appel, cela ne suspendra pas la décision.