Quand les frelons attaquent, deux hommes entre la vie et la mort

Cet été, gare aux frelons, comme aux guêpes. Trois cyclistes viennent d’en être victimes.
Cet été, gare aux frelons, comme aux guêpes. Trois cyclistes viennent d’en être victimes. - Photo d’illustration Pixabay.

Vélo dominical

Dimanche 21 août 2022, il fait beau, la matinée est encore fraîche, les vélos sont de sortie. Au cours de leur parcours trois vététistes passent par le bois de Joux du côté de Briennon dans la Loire (pas très loin de Roanne).

Danger au coin du bois

C’est là que leur balade dominicale se transforme soudainement en cauchemar. Ils ont été attaqués harcelés par une horde de frelons.

« Il n’y a pas d’attaque comme ça, fortuite, de cinquante frelons, qui se promènent et vous attaquent comme ça. Ils se sentent en danger si vous cherchez vous-même à le chasser ou alors quand vous êtes à proximité du nid. Par exemple, vous mettez le pied à côté d’un nid sans l’avoir vu, ça fait des vibrations et ensuite, ils sortent pour vous piquer. Ou alors un nid est tombé avec le vent en forêt et ces cyclistes se trouvaient à proximité par manque de chance », indique à France Bleu Loire, Bertrand Dufour, gérant de la société Loire guêpe, spécialiste depuis 10 ans de la destruction de nids de frelons et de guêpes dans la Loire.

Une attaque violente, les frelons se seraient acharnés sur eux, où deux d’entre eux ont été piqués sans doute plus d’une cinquantaine de fois. Le troisième cycliste a été moins atteint.

Pompiers et ambulances alertés ont récupéré les trois victimes, dans des états très graves. Deux d’entre eux ont été hospitalisés entre la vie et la mort. Leur collègue moins attaqué, a lui aussi été hospitalisé, mais dans un état moins préoccupant.

Un été chargé

Cette année, aux dires de nombreuses personnes, les guêpes et les frelons sont très nombreux (notamment des frelons asiatiques ont été signalés un peu partout) cet été. Et particulièrement agressifs. Chaleur et sécheresse pourraient être en cause.

« Le frelon est assez pacifique et n’attaque qu’en dernier recours, aux environs de son nid (moins de trois mètres) ou lorsqu’il est directement agressé. Néanmoins la piqûre est particulièrement douloureuse à cause d’un taux plus important d’acétylcholine3 et certaines espèces non-européennes comme Vespa mandarinia japonica font toutefois bel et bien partie des insectes au venin le plus virulent et mortel », li-t-on sur Wikipedia.

La prudence est de mise.