Terrain de base-ball : les Vikings se battent pour conserver leur terrain 

Terrain de base-ball : les Vikings se battent pour conserver leur terrain 

En quelque sorte, la mairie avait positionné la charrue avant les bœufs. Soucieuse de concrétiser au Sauvay une aire de pump-track et restituer le reste du terrain à la Sas (Société d’aménagement de la Savoie) pour une future exploitation économique, elle avait annoncé au club de base-ball qu’il lui faudrait se délocaliser, tout en lui assurant qu’une solution interviendrait. Sauf que les mois et les années sont passées et qu’aucune possibilité n’a été trouvée.

Averti qu’à la rentrée 2022 il se retrouverait SDF, le club des Vikings a moyennement apprécié et l’a fait savoir de vive voix à la mairie, sur les réseaux, dans la presse.

Poussée dans ses retranchements lors du dernier conseil municipal par une opposition outrée, la municipalité avait rétorqué que le club de base-ball, c’était 36 adhérents, l’aire de pump-track, une demande formulée par 200 familles. Après de nouveaux échanges infructueux, une pétition a été lancée : « Les Vikings vont se retrouver naufragés car ils ne pourront plus jouer de matchs de compétitions et malheureusement laisser le drakkar à quais. Cette pétition n’a pas pour but de s’opposer au projet de construction, mais de le décaler dans le temps afin que la mairie d’Albertville puisse apporter la meilleure solution aux Vikings pour continuer à jouer en championnat ! » À ce jour, plus de 1 000 signatures ont été recueillies, ce qui amuse le président du club, Pierre-Yves Vincensini : « C’est beaucoup plus que les 200 familles qui ont signé pour le Pump Track », ironise-t-il.

Une piste privée à Albertville

« Nous avons enregistré beaucoup de signatures et d’encouragements, se réjouit Michel Chene, secrétaire des Vikings. Cela nous remet le pied à l’étrier pour renouer le dialogue avec la mairie, même si c’est compliqué de la joindre avec les vacances. » Grâce à cette mobilisation et au travail de chacun, il espère que l’activité du club ne sera pas impactée : « La mairie a annoncé qu’elle était sur une piste sans en dire plus. Nous attendons de la rencontrer pour lui présenter la nôtre. Elle se situe sur un terrain privé à Albertville. Il faut que nous finalisions le plan et budgétisions les aménagements à consentir pour les soumettre à la municipalité, en espérant qu’elle nous aide. » En attendant, il souhaite conserver le terrain actuel pour que les entraînements continuent : « Nous espérions monter en 3e division, mais nous avons perdu la finale régionale. Le championnat ne recommence qu’au mois de mars 2023. »

Reste donc du temps pour imaginer une issue positive !