Faverges : quel avenir pour l’association des Arts Vivants dans le bras de fer qui l’oppose au maire?

Emmanuel Maurice et Renaud Martelet dénoncent l'austérité du maire à l'encontre des Arts Vivants.
Emmanuel Maurice et Renaud Martelet dénoncent l'austérité du maire à l'encontre des Arts Vivants.

Le torchon brûle entre Jacques Dalex et l’école des Arts Vivants sous le coup d’une réduction drastique de ses aides financières.

La conférence de presse organisée dans les locaux de l’Orangerie, en dit long sur le climat de défiance qui gangrène les relations entre le maire et l’école depuis 2020.

Pour le président Renaud Martelet, et Emmanuel Maurice le directeur, la vision dogmatique de Jacques Dalex n’a qu’un seul but : «  déstructurer l’existant, sous le prétexte d’une gestion financière qui n’aurait pas livré tous ses secrets. L’école, passée de 120 élèves en 2014 à 230 cette année, est dans une grande fragilité. La maintenir en vie demande beaucoup d’énergie. La base technique structurelle mise à mal, est en grand danger  », se désespère Emmanuel Maurice.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite