Covid-19 : avant de tirer sa révérence, le Conseil scientifique donne ses dernières recommandations

Dans ses scénarios partagés mercredi 20 juillet, le Conseil scientifique envisage la succession de vagues épidémiques liées aux sous-variants d’Omicron.
Dans ses scénarios partagés mercredi 20 juillet, le Conseil scientifique envisage la succession de vagues épidémiques liées aux sous-variants d’Omicron. - Florent Moreau - La Voix du Nord

Son nom nous était devenu familier. Le Conseil scientifique Covid-19, créé mi-mars 2020 au début de l’épidémie, s’apprête à passer la main à la fin du mois. Ce mercredi 20 juillet, il publie un ultime avis d’une soixantaine de pages, intitulé « Vivre avec les variants », dans lequel il donne sa vision à moyen et long terme.

Le 31 juillet, le Conseil, qui a guidé l’exécutif pendant près de deux ans et demi, sera remplacé par un « comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires ».

La pandémie « n’est pas terminée »

Si le Conseil scientifique s’attend à une diminution progressive de l’impact du virus, il indique tout de même que des pics de circulation continueront à apparaître à court terme. « Il faut s’attendre à l’apparition de nouveaux variants du SARS-CoV-2 en population humaine », avertit le Conseil.

La pandémie « n’est pas terminée  » et elle ne le sera pas avant plusieurs années. Le Covid-19 pourrait continuer à se propager « à des niveaux élevés  » et « s’accompagner de poussées épidémiques associées à l’émergence de nouveaux variants, plus accentuées en période automno-hivernale », prévient le Conseil scientifique.

Quels sont les scénarios envisagés ?

À court terme, il paraît très probable selon le Conseil que de nouvelles vagues épidémiques, liées à l’émergence de sous-variants d’Omicron, se succèdent. Ces dernières auraient toutefois « un retentissement hospitalier moins important  », comparé aux premières vagues. Il s’agit du scénario que nous vivons actuellement.

Selon un deuxième scénario du Conseil scientifique, une « reprise saisonnière de la circulation d’un variant existant ou d’un variant antigéniquement proche d’un variant existant  » est probable.

Enfin, un dernier scénario envisage l’émergence d’un variant totalement différent d’Omicron, « doté d’une capacité d’échappement immunitaire et d’une contagiosité suffisante pour être responsable d’une nouvelle vague épidémique ».

Le retour de mesures de contrôle ?

Même si le Conseil constate qu’une stratégie « vivre avec le virus  » se dessine, il préconise toutefois le retour de certaines mesures de contrôle en cas d’incidence élevée du virus. L’obligation du port du masque dans « certains lieux de vie essentiels » pourrait être réinstaurée, indique-t-il.

En ce qui concerne la réintégration des soignants non vaccinés – qui concerne plusieurs dizaines de médecins et pharmaciens et 700 infirmiers, le Conseil se déclare « très réservé  ». Il estime également qu’il y a urgence à ce que les plus fragiles et les personnes de plus de 60 ans reçoivent une quatrième dose du vaccin.