Incendies en France : « déjà trois fois plus de forêts brûlées qu’en 2020 », déplore Emmanuel Macron

Face aux vagues de chaleur successives et aux phénomènes de sécheresse, les feux de forêt se multiplient en France. En Gironde, près de 7 650 hectares ont brûlés depuis mardi 12 juillet.
Face aux vagues de chaleur successives et aux phénomènes de sécheresse, les feux de forêt se multiplient en France. En Gironde, près de 7 650 hectares ont brûlés depuis mardi 12 juillet. - Sdis33

« Nous sommes en train de vivre une saison exceptionnelle par sa dureté », a déploré le chef de l’État. L’intense vague de chaleur qui se poursuit dans le sud de la France s’accompagne de nombreux feux de forêt. Depuis mardi 12 juillet, des incendies gagnent le département de la Gironde, placé jeudi en vigilance rouge pour risque de feux de forêt.

À Landiras et La Teste-de-Buch, on recense plus de 7 650 hectares brûlés ce vendredi après-midi. Les pompiers ne sont pas encore parvenus à fixer le feu. « La situation est défavorable, avec un terrain difficile au sol, du vent, des fortes chaleurs », a déclaré la préfète, Fabienne Buccio.

Ce vendredi, au Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC), place Beauvau, Emmanuel Macron a déclaré qu’il y avait déjà, en 2022, « trois fois plus de forêts brûlées qu’en 2020  ».

Plus de 10 000 personnes évacuées

En Gironde, près d’un millier de sapeurs-pompiers sont mobilisés pour tenter de maîtriser ces incendies. Si aucune victime n’est à déplorer, plusieurs habitations ont été détruites. Dans le secteur de La Teste-de-Buch, trois maisons ont été incendiées, ainsi qu’un restaurant.

Au total, plus de 11 300 personnes ont été évacuées et cinq centres d’hébergement d’urgence ouverts.

Du côté d’Avignon, un virulent incendie fixé

Dans les Bouches-du-Rhône, un autre incendie s’est déclenché jeudi en fin de journée. Au sud d’Avignon, vers Tarascon, le feu a été causé par le passage d’un train générant des étincelles. Il s’est propagé sur le petit massif calcaire de la Montagnette et a parcouru environ 1 000 hectares, brûlant au passage 300 hectares, selon les pompiers.

L’incendie a pu être fixé vendredi matin peu avant 4 heures et n’a fait aucune victime selon les secours. Sur le terrain, 900 pompiers sont toujours mobilisés.

Les vagues de chaleur, comme celle connue actuellement, vont devenir « plus fréquentes, plus précoces et plus tardives  », alerte Météo France. L’été, 35ºC devient la norme et 40ºC est régulièrement atteint.

Pour les scientifiques, cette sécheresse et ces vagues de chaleur sont une conséquence directe du réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre augmentant leur durée, leur intensité et leur fréquence.