Publier : après l’incendie, les habitants en cours de relogement

Le feu serait parti d’une voiture stationnée dans le parking.
Le feu serait parti d’une voiture stationnée dans le parking.

C’est un incendie impressionnant qui a embrasé une résidence de la rue des Mémises lundi 11 juillet vers 21h45. Le feu, qui serait parti d’une voiture stationnée dans le parking, s’est rapidement propagé à l’immeuble attenant le plus proche et a commencé à atteindre le bâtiment central. Avant minuit, les pompiers avaient la certitude que tous les habitants étaient évacués. « J’étais en train de faire la cuisine et j’ai vu les personnes courir. C’était choquant », témoigne Bilal, qui a emménagé dans la résidence depuis deux mois seulement. « Je sentais la fumée. Elle s’était propagée dans le couloir entre la porte de mon voisin et la mienne, il y avait un couloir d’air. C’était une fumée très épaisse », raconte Mujdat. Résident dans un appartement du bâtiment central, il a été relogé avec une trentaine de familles à la Cité de l’eau le soir de l’incendie avec l’aide de la Croix-Rouge.

Son voisin, Patrick, qui habite au rez-de-chaussée, craint que son logement ne soit recouvert de suie. « La fumée est remontée depuis le rez-de-chaussée. Je pense qu’il va y avoir un gros gros nettoyage à faire, sur les murs, les meubles, mes affaires personnelles. Je ne sais pas ce qui va être récupérable. » Avec les autres résidents de ce bâtiment, il va pouvoir récupérer des affaires personnelles mercredi 13 juillet. Mais avant de réintégrer leur chez-eux, des travaux devront être effectués.

Un incendie impressionnant a embrasé une résidence de la rue des Mémises lundi 11 juillet vers 21h45.
Un incendie impressionnant a embrasé une résidence de la rue des Mémises lundi 11 juillet vers 21h45.

Trois logements totalement détruits par les flammes

En attendant, le relogement se met petit à petit en place. « On travaille de concert avec l’association qui gère le bâtiment, le propriétaire Léman habitat et les autres bailleurs sociaux », explique le maire, Jacques Grandchamp qui était sur place lundi soir. Depuis la première nuit passée dans la salle Olympe, plusieurs familles ont pu trouver refuge chez des proches. Des solutions de relogement doivent encore être trouvées pour 11 personnes. « On aimerait qu’en fin de journée (mercredi 13 juillet, NDLR) une solution ait été trouvée pour tout le monde. La Cité de l’eau est une solution d’urgence », rappelle Jacques Grandchamp.

Pour l’instant, les résidents du bâtiment C, le plus attaqué par les flammes, ne peuvent pas encore aller constater les dégâts. « Trois logements sont complètement hors d’état, résume l’édile. Il n’est pas question que les gens y retournent tant que ça n’a pas été remis en sécurité, notamment face au risque d’effondrement puisque la toiture est atteinte. Ce bâtiment n’est plus habitable. Il y en aura sûrement pour un an de travaux. »

Le feu serait parti d’une voiture stationnée dans le parking.
Le feu serait parti d’une voiture stationnée dans le parking.

Mardi 12 juillet, les habitants du bâtiment A, le plus éloigné du foyer de l’incendie, ont pu retourner dans leur logement après une remise en service de l’eau et l’électricité. « Il n’a quasiment pas été touché », explique le maire, Jacques Grandchamp.

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place avec les Hôpitaux du Léman.