450 000 ralentisseurs illégaux en France : l’Etat à nouveau mis en demeure

Beaucoup trop de ralentisseurs ne sont pas conformes à la réglementation. Des associations d’automobilistes mettent en demeure l’Etat pour que cela change.
Beaucoup trop de ralentisseurs ne sont pas conformes à la réglementation. Des associations d’automobilistes mettent en demeure l’Etat pour que cela change. - Photo d’illustration archives Le Messager

C’est un sujet bien connu des automobilistes (et leur bas de caisse). Une étude réalisée en 2013 par le magazine Auto Plus estimait qu’un tiers des ralentisseurs n’étaient pas conformes à la réglementation.

La taille réglementaire est de 10 cm de haut, selon le décret de 1994 (on vous résume les normes dans l’encadré ci-dessous). Mais tous ne respectent pas les normes. Selon une expérimentation menée par la Ligue de défense des conducteurs en 2021, les ralentisseurs trop haut et illégaux entraînent une surconsommation de près de 30 % et une nuisance sonore multipliée par huit par rapport à un dos-d’âne légal.

L’an dernier, on vous parlait de la plateforme créée par l’association 40 millions d’automobilistes pour recenser les ralentisseurs illégaux partout en France. Leur action vise à arrêter la prolifération des ralentisseurs illégaux.

Deuxième mise en demeure en deux mois

Christophe Béchu, nouveau ministre de la Transition écologique, et Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, ont été mis en demeure par trois associations d’automobilistes jeudi : la Ligue de défense des conducteurs, Pour une mobilité sereine et durable et Automobile club des avocats, rapporte RMC. Elles demandent que les 450 000 ralentisseurs illégaux en France soient rendus conformes.

Ce n’est pas la première fois qu’un ministre est mis en demeure sur ce sujet. La Première ministre Élisabeth Borne et l’État ont déjà été mis en demeure le 28 juin. La Première ministre et ses deux ministres ont deux mois réglementaires pour agir, sans quoi des plaintes pénales seront déposées à leur encontre par les associations.

« L’État a laissé faire, personne ne contrôle plus rien, indique sur RMC Thierry Modolo-Dominati, président de l’association Pour une mobilité sereine et durable. On laisse les élus faire ce qu’ils veulent, dans leur coin. Devant de telles pratiques, qui deviennent courantes et banales, et comme l’État ferme totalement les yeux, nous avons décidé de mettre en demeure l’État, en tant que personne morale, mais aussi Mme la Première ministre, M. Beaune, le ministre des Transports, et son ministre de tutelle, M. Béchu, pour qu’enfin ils demandent l’application des textes. »

Que dit la réglementation à propos des ralentisseurs ?

Dos-d’âne et coussins

Il existe deux types de dos-d’âne, l’arrondi et le trapézoïdal. Ce dernier modèle, de plus en plus fréquent, se caractérise par un plateau. Le dos-d’âne trapézoïdal comporte obligatoirement un passage piéton, ce qui est interdit pour le dos-d’âne circulaire. À ne pas confondre avec un autre type de ralentisseur, dénommé plateau, dont la longueur est comprise entre 8 et 30 mètres. Les coussins, de forme carrée et vissés sur la chaussée, sont soit berlinois (en caoutchouc) ou lyonnais (en béton).

Le berlinois interdit depuis 2009

Parce que le caoutchouc vulcanisé utilisé pour ces coussins est une matière glissante, particulièrement dangereuse pour les deux-roues. Le coussin lyonnais, en béton, reste autorisé.

30 pas plus

Les dos-d’âne ne sont autorisés qu’en agglomération et sur les portions de route où la vitesse est limitée à 30 kilomètres/heure. Pour les coussins, il ne s’agit que d’une recommandation.

Pas de dos-d’âne dans les côtes

Ils sont interdits sur les voies dont la pente est supérieure à 4 %. Interdits dans les virages et à moins de 40 mètres des virages ; interdits sur les ponts et dans les tunnels.

10 cm pas plus

Qu’il soit circulaire ou trapézoïdal, la hauteur d’un dos-d’âne ne peut pas dépasser 10 centimètres, la loi tolérant une marge d’un centimètre. L’optique est trompeuse, les ralentisseurs nous paraissent plus hauts qu’ils ne sont en réalité. Les rampants (ou rampes d’accès) doivent mesurer entre 1 et 1,4 mètre. La limite pour les ralentisseurs plateaux, très longs, est fixée à deux centimètres plus bas que le trottoir, dans la limite absolue de 15 centimètres.

Les coussins peuvent mesurer jusqu’à 4 mètres de long, mais leur hauteur ne doit pas dépasser 7 centimètres.

Pas bons pour les bus

Les dos-d’âne sont interdits « sur les voies de desserte de transport public de personnes » ainsi que celles desservant des centres de secours, sauf accord des services en question.

Visibles en toutes circonstances

Tous les ralentisseurs doivent être visibles de jour comme de nuit. Leur signalisation est indispensable.