Moûtiers : feu vert pour la station de recharge à hydrogène

La station est reconnaissable, elle est longée par un long mur sur lequel le collectif de la Meze a dessiné une fresque, ode à H2O.
La station est reconnaissable, elle est longée par un long mur sur lequel le collectif de la Meze a dessiné une fresque, ode à H2O.

Moûtiers

La station de recharge à hydrogènede Moûtiers est la deuxième de Savoie après celle de Chambéry à être inaugurée. Vendredi 17 juin 2022, le maire Fabrice Pannekoucke devant un parterre de partenaires a fait le premier plein d’hydrogène, en quelques minutes.

Un galon dans un poltique de long terme

« Nous allons posé un galon, a prévenu le premier magistrat. On n’est pas au bout. Vous n’avez pas croisé beaucoup de véhicules hydrogène sur Moûtiers. C’est un accompagnement pour démocratiser ces véhicules ». En fait sur la commune, 35 véhicules à hydrogène ont donné lieu à une lettre d’intention d’achat. Ce qui ne veut pas dire que pour tous la vente va être finalisée. En effet, sur Chambéry 15 véhicules à hydrogènes circulent pour 5 plein en moyenne par jour.

« Nous, on a fait tout le poulailler »

La région Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) est en effet pionnière sur cette énergie et sa diffusion. «Aura est une terre d’excellence. Près de 80% des acteurs de l’écosystème de l’hydrogène se situent sur notre territoire régional. On s’est dit à la région que nous ne pouvions pas ne pas être dans cette innovation », assure celui qui est aussi conseiller régional. La difficulté était ensuite de savoir comment s’y prendre pour pousser l’hydrogène sur le territoire. « Est-ce qu’il faut permettre l’acquisition du véhicule ou créer une station. c’est la question de l’oeuf et la poule. Nous, nous avons fait tout le poulailler », sourit l’édile qui précise que fin 2023, il y aura 20 stations sur le territoire régional.

Un nouvel acteur régional pour exploiter les stations

Pour faciliter la mise en route de ces stations service, la région a crée Hympulsion, une structure dédiée à l’exploitation de ces stations et à l’acquisition du foncier pour les implanter. La station de Moûtiers représente un investissement de 2,5 millions d’euros.

C’est pourquoi, cet équipement ne se limite pas à l’alimentation des véhicules légers. « Il a fallu intégrer les véhicules lourds : les camions et les cars. J’ai bon espoir que nous soyons en capcité que des bus et des cars fassent leur plein ici », indique l’élu qui considère que ça « n’est pas exclusif. On continuera d’avoir des véhicules électriques. Il faut embrasser un bouquet d’énergie. Le réseau de transport de gaz de Tarentaise que nous sommes en train d’installer pourra supporter l’hydrogène ».

La station

La station dispose d’une zone de distribution où on fait son plein et où un camion citerne vient livrer l’hydrogène depuis la station de production de Gravanches près de Clermont-Ferrant. A l’horizon 2023/2024, la production sera déplacée à Grenoble.

Une fois livré, l’hydrogène, qui est à 200 bars, passe dans la zone de compression où il est amené à 900 bars pour être stocké en bouteilles. Finalement, l’hydrogène est dépressurisé et refroidi pour pouvoir être chargé dans le véhicule.