Prieuré du Bourget-du-Lac : à quoi sert vraiment une classification à l’Unesco ?

Bien que sauvegardé par des travaux de restauration au fil des ans, l’état du prieuré se dégrade.
Bien que sauvegardé par des travaux de restauration au fil des ans, l’état du prieuré se dégrade. - Mairie du Bourget-du-Lac

Si le prieuré du Bourget-du-Lac parvenait à être classé au patrimoine mondial de l’Unesco, qu’est-ce que cela changerait réellement ? Si de nombreux sites connus à l’international font partie de ce classement renommé, de plus petits lieux y ont aussi leur place et y trouvent justement des avantages. Pour le Bourget-du-Lac, le maire Nicolas Mercat en voit trois. « Déjà, il s’agira bien sûr de la reconnaissance du caractère exceptionnel du prieuré dans les sites clunisiens à l’international ». Une question d’image donc, qui permettrait de mettre en valeur le site, mais aussi plus largement la commune du Bourget, voire la Savoie.

« Ensuite, il y a le fait de pouvoir échanger avec d’autres sites sur ce qu’ils font de leur patrimoine inscrit à l’Unesco », ajoute le maire. Comment se font les restaurations des autres sites clunisiens similaires au prieuré ? Avec quels critères ? Comment les travaux sont-ils financés ? L’échange pourrait permettre une harmonisation des pratiques pour mieux protéger ces bâtiments parfois quasi millénaires.

Enfin, il y a justement la question du financement. « Nous voulons restaurer complètement le prieuré, et le classement à l’Unesco pourrait être un levier pour avoir des financements auprès de fondations », confie Nicolas Mercat. Des mécènes privés pourraient ainsi participer financièrement aux travaux de restauration, en plus des institutions publiques comme la commune ou le Département, pour assurer la pérennité du prieuré du Bourget-du-Lac.