Annecy: pour San Hippomene, candidat du parti Reconquête, la « souveraineté de la France est rognée »

Première candidature à une élection pour San Hippomene qui représentera Reconquête sur la deuxième circonscription de Haute-Savoie.
Première candidature à une élection pour San Hippomene qui représentera Reconquête sur la deuxième circonscription de Haute-Savoie. - Photo DR

Avant de se présenter aux législatives pour Reconquête, sur la deuxième circonscription de la Haute-Savoie, San Hippomene n’avait « jamais été candidat » à une élection, ni « affilié à aucun parti ». Mais, avec le temps, « ça s’est imposé lentement ».

Finalement, le Meythésan s’est « reconnu dans l’éditorialiste et dans le chef du parti » qu’est Éric Zemmour. « C’est sa sincérité, son absence de calcul » qui l’a séduit. « Il a un diagnostic juste, des propositions qui tiennent la route », ajoute le candidat de Reconquête, admiratif de « la force et du courage » de son leader politique.

« Il faut un contre-pouvoir face à ce gouvernement »

Malgré un sentiment « mitigé » par le résultat d’Éric Zemmour aux Présidentielles, entre «  un score énorme » après cinq mois d’existence du parti et « une conjoncture pas favorable » (guerre en Ukraine, refus du Rassemblement National de s’allier), San Hippomene entend surfer sur la dynamique pour viser un siège à l’Assemblée Nationale.

« Un député, c’est celui qui doit faire le lien entre les citoyens de sa circonscription et le niveau national, améliorer la vie de ses concitoyens. Il faut aussi un contre-pouvoir face à ce gouvernement, décrit le candidat. Durant le dernier quinquennat, beaucoup de choses se sont passées et il aurait fallu plus de contre-pouvoir ».

Le « déclassement » de la France

S’il « n’aime pas le terme de nationaliste », San Hippomene revendique avoir « toujours été un patriote ». Pour celui qui a embrassé une carrière militaire pendant 18 ans, il est temps de remédier « aux problèmes que rencontre la France ».

Parmi ceux-ci, « l’un des thèmes majeurs », il y a « l’immigration débridée » et les « problèmes de sécurité induits ».

Ensuite, il y a la place de la France dans le monde. « Ça reste une grande puissance, une voix importante mais sa souveraineté est rognée. Entre l’Européisme forcé et l’Atlantisme concomitant », dénonce-t-il.

Enfin, San Hippomene a une pensée pour le monde rural. « Ça devient compliqué pour ceux de la France périphérique alors que le monde paysan reste essentiel pour notre pays ». Une situation qui témoigne, pour le candidat du parti Reconquête, « du déclassement » de la France.

Bio Express

Né aux Antilles, San Hippomene est arrivé en métropole à sa majorité pour devancer l’appel du service militaire. Il a fait des études en Histoire de l’art, mais s’est finalement tourné vers une carrière militaire pendant 18 ans. Il a d’ailleurs servi un bataillon de chasseurs alpins.

Aujourd’hui, il travaille comme adjoint en sécurité auprès d’une société privée en Suisse.

Il est âgé de 52 ans, père de deux enfants et réside à Meythet.