Législatives : Valérian Vervoort est le candidat de l’union des gauches pour la 4e circonscription

Valérian Vervoort est candidat à la députation de la 4e circonscription de Haute-Savoie.
Valérian Vervoort est candidat à la députation de la 4e circonscription de Haute-Savoie.

Valérian Vervoort, s’il n’est pas issu du monde politique, a décidé de représenter l’union des gauches pour la 4e circonscription. En citoyen engagé pour les idées de l’union populaire, s’il est élu à la députation, il défendra farouchement le programme de la France insoumise à l’Assemblée nationale.

Valérian Vervoort, qui êtes-vous ?

J’ai 34 ans, je suis d’origine flamande. Je suis professeur dans le secondaire et vis à Reignier avec ma conjointe. J’ai rejoint l’union populaire dans l’espoir de voir s’appliquer le programme de l’avenir en commun. C’est ma première élection, c’est vraiment l’urgence écologique et sociale qui m’a poussé à franchir le pas et aussi pour répondre à une attente des citoyens d’avoir des représentants politiques qui fassent partie de la société civile et pas seulement des professionnels, des carriéristes de la politique.

Si vous êtes élu, quels seront les axes majeurs que vous porterez à l’assemblée ?

Ce sont les axes phares du programme mis en avant par la France insoumise : répondre à l’urgence écologique, sociale et démocratique. En ce qui concerne l’urgence écologique, il est important d’engager une véritable bifurcation, un vrai virage en rupture avec le système capitaliste en cours, affronter les dangers qui nous guettent en planifiant nos actions pour ne pas trop subir les conséquences du changement climatique. Il faut aussi répondre à l’urgence sociale. En 2022, il y a 10 millions de pauvres dans le pays alors que le PIB dépasse les 2000 milliards d’euros. Il y a de l’argent pour mener une vie plus digne en France. Pour ce qui est de l’urgence démocratique, le quinquennat de Macron a quand même montré les dangers et les limites de la 5e république. Par le jeu des nominations, il met en péril l’indépendance du pouvoir judiciaire mais aussi le pouvoir d’investigation de la presse. Les législatives sont une bonne représentation de la crise démocratique puisque lors des élections de 2017, on comptait 60 % d’abstention au second tour pour la 4e circonscription. Il faut revoir notre mode de fonctionnement pour que les citoyens aient le droit de s’exprimer et que leur voix soit portée.

Vous parlez beaucoup des enjeux nationaux, quels sujets porterez-vous pour le territoire de la 4e circonscription ?

Il est important de préciser que le mandat de député est un mandat national, mais les problématiques locales raisonnent à l’échelle nationale. Si on prend l’exemple de la crise du logement, c’est un problème qu’il faut régler à l’échelle nationale et qui aura des répercussions concrètes sur la vie des habitants de la 4e circonscription, en particulier pour ceux qui travaillent en France.

Quel message souhaitez-vous faire passer aux électeurs ?

De ne pas baisser les bras, de croire qu’un autre monde est encore possible. Il y a beaucoup d’abstention, c’est le signe de la résignation des citoyens qui se disent que, quoi qu’on fasse, on ne pourra pas changer la situation. Alors que c’est possible. La Nupes porte un programme qui est social et permettra à la grande majorité des Français d’avoir une vie meilleure. Les élections législatives sont très importantes, dans la mesure où la majorité qui l’emportera pourra mettre en application son programme. Je demande aux électeurs de se mobiliser pour un avenir meilleur pour la grande majorité des citoyens.

14 candidats pour la 4e circonscription

Les candidats sont particulièrement nombreux dans la 4e circonscription de Haute-Savoie, pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains.

Valérian Vervoort (Nupes/La France Insoumise)

Virginie Duby-Muller (Les Républicains)

Antoine Vielliard (Ensemble)

Magalie Luho (Rassemblement national)

Lea Ferrandi (Régionaliste)

Nicolas Bailly (Reconquête)

Shan Bouvier (Écologistes)

Tongomo Djongandeke (Divers)

Murat Yildirim (Divers)

Véronique Verbasco (Droite souverainiste)

Sophie Bédague (Divers extrême gauche)

Romain Giraud (Divers extrême gauche)

Vanessa Dahmal (Parti Animaliste)

Alexandre Cohard (Divers)