Professions intermédiaires, ouvriers et employés les plus représentés

62% des frontaliers de la région Aura résident dans les zones françaises limitrophes du canton de Genève. (Crédit photo: Insee Auvergne-Rhône-Alpes)
62% des frontaliers de la région Aura résident dans les zones françaises limitrophes du canton de Genève. (Crédit photo: Insee Auvergne-Rhône-Alpes)

Les professions intermédiaires représentent 26 000 frontaliers (21 %). Plutôt des femmes, à 80 %, de nationalité française. Plus de six sur dix ont moins de 40 ans et une majorité a un diplôme de niveau bac+3 ou plus. Ils travaillent souvent dans le secteur de l’administration publique, de l’enseignement, de la santé humaine et de l’action sociale. Près d’un quart d’entre eux sont infirmiers et assimilés.

Le quart des navetteurs, soit 30 800 actifs, est constitué d’ouvriers assez qualifiés, qui résident le plus loin de la frontière. 48 % d’entre eux travaillent à Genève. Ils empruntent massivement leur voiture. Plutôt des hommes, français, en majorité peu diplômés. Ils travaillent souvent dans la construction, l’industrie manufacturière.

Le cinquième profil ne regroupe que 4 800 frontaliers (soit 4 %). Il rassemble principalement des employés et des ouvriers très jeunes (86 % ont moins de 25 ans), peu diplômés et, pour certains, en cours de formation. Ils travaillent majoritairement dans les secteurs du commerce,

de l’hébergement et de la restauration. Presque un quart d’entre eux réside dans la CA Annemasse-les Voirons-Agglomération. Ils utilisent beaucoup les transports en commun.

Avec 35 100 navetteurs, le sixième profil est le plus fourni. Ce sont en majorité des employés, peu diplômés, occupant, par exemple, des postes d’employé administratif d’entreprise, à Genève. 36 % d’entre eux sont de nationalité étrangère. Ils représentent 71 % des frontaliers helvètes de la région et sont les plus âgés (68 % ont au moins 40 ans, 21 % au moins 55). 61 % sont des femmes.