Valmorel: boire ou la prison, Aurélien va devoir choisir

Valmorel: boire ou la prison, Aurélien va devoir choisir

« Il lui a mis une claque, un coup sur la hanche et les mains autour du cou a résumé l’avocate de la victime. Elle a eu peur et a été extrêmement marquée par les faits. Aujourd’hui, elle n’a pas de désir de vengeance, elle veut juste la paix et continuer à avancer ». 

En détention depuis un mois, Aurélien avoue, « Je bois beaucoup d’alcool, ça m’a fait perdre du temps, de l’argent et des gens. Depuis que je suis en prison, je n’ai ni bu ni fumé ». « Quelle est votre consommation quotidienne l’interroge la juge Émilie Aubert ? » « Une dizaine de bières et 5 ou 6 joints, ça dépendait de si je travaillais ou pas ». « Comment voyez-vous la suite ? » « Je vais retourner en région parisienne et suivre éventuellement mon traitement ». « Le éventuellement est de trop, lui fait remarquer la juge ».

Oui, de trop pour la procureure Sandrine Checler qui requiert 15 mois de prison dont 8 avec sursis et maintien en détention, soulignant une problématique lourde, des faits graves et son comportement irrationnel en garde-à-vue  : «  Il a recouvert sa cellule d’excréments !  ».

Maître Pierroz s’interroge : « la détention, est-ce la solution  ? Non, il est malade, il a besoin de soins. Sa maman et sa tante sont là pour le suivre. L’alcool lui gâche la vie, il perd à cause d’elle ses emplois, ses amis, ceux qu’il aime. Ce n’est pas un délinquant ».

Aurélien est condamné à une peine de 12 mois de prison dont 11 avec sursis probatoire 2 ans, obligation de soin et de travail.