Prévessin-Moëns : un abattage d’arbres nécessaire selon la commune

Selon la mairie, 53 arbres ont été abattus.
Selon la mairie, 53 arbres ont été abattus.

Avec les beaux jours, vous avez peut être déambulé dans les allées du parc du château de Prévessin et remarqué que certains arbres avaient été abattus. Entre le 19 avril et le 3 mai, une campagne d’abattage a en effet eu lieu dans les sous-bois du bas du parc, côté rue de la Fontaine. Ce n’est jamais agréable pour une commune de prendre la décision de couper un arbre, mais la municipalité assure ne pas avoir eu le choix suite au diagnostic réalisé par un expert forestier. Une première campagne d’abattage avait d’ailleurs eu lieu au printemps et à l’automne 2021 dans le haut du parc sur les conseils de ce même expert, Monsieur Cossin.

53 arbres malades abattus

« C’est l’entreprise Vistalli qui a procédé à ces abattages, précise la maire, Aurélie Charillon. Cette année, la campagne concerne 53 arbres malades ou morts. Pour une majorité d’entre eux ce sont des pins, mais il y a quelques feuillus. Il y a trois causes qui ont rendu ces arbres malades. La première est un champignon, le sphaeropsis, qui s’attaque aux pins. Ce parasite est responsable de ce qu’on appelle le dépérissement des pousses du pin. La deuxième raison, ce sont de petits insectes, les scolytes, qui sont des ravageurs. Et la troisième chose, c’est lié à l’évolution climatique et à la sécheresse qui depuis quelques années frappe notre territoire. »

Ces différentes raisons cumulées ont donc conduit à cet abattage. La question que l’on peut alors se poser, c’est si ces arbres vont être remplacés, via de nouvelles plantations ?

« Ce qu’il faut expliquer aux habitants, c’est que lorsque l’on coupe ce type d’arbres, il n’y a pas toujours un intérêt de les remplacer, explique Aurélie Charillon. L’objectif des coupes sélectives est aussi d’apporter plus de lumière aux autres arbres, de limiter la concurrence et de permettre un meilleur épanouissement des arbres existants. De plus, les pins acidifient énormément le sol, on ne souhaite donc pas replanter de résineux. »

A noter que les arbres abattus vont tout de même servir la collectivité puisque leurs rémanences seront broyées pour en faire du paillage et leur grume transformée en plaquettes utilisées dans la chaufferie bois communale.

Espérons que cette intervention soit la dernière afin que les Prévessinois puissent continuer de profiter d’agréables déambulations sous la cime des arbres…