Déclaration d’impôts 2022 : ce qui a changé

C’est le moment de déclarer vos impôts, sur internet ou sur papier.
C’est le moment de déclarer vos impôts, sur internet ou sur papier. - Capture d’écran impots.gouv.fr

Les dates limites de déclaration

Comme chaque année, en fonction des départements ou si vous déclarez vos impôts en ligne ou sur papier, les dates d’échéance varient.

Mardi 24 mai 2022 à minuit pour les départements compris entre 01 (Ain) et 19 (Corrèze).

Mardi 31 mai 2022 à minuit pour les départements compris entre 20 (Corse-du-Sud) et 54 (Meurthe-et-Moselle).

Mercredi 8 juin 2022 à minuit pour les départements compris entre 55 (Meuse) et 976 (Mayotte).

Pour ceux qui ne peuvent faire autrement que d’utiliser la déclaration papier, la date limite de dépôt de leurs formulaires est le jeudi 19 mai 2022 à minuit.

Les principaux changements

Le barème kilométrique revalorisé : pour les revenus 2021, il sera revalorisé de 10 %

Un crédit d’impôts : pour un premier abonnement presse, pris depuis le 9 mai 2021 et d’au moins 12 mois. Sont concernés : les journaux quotidiens, les publications au maximum trimestrielles ou les services de presse en ligne d’information politique et générale.

Un crédit d’impôts : de 75 % (dans la limite de 300 euros) pour l’installation dans un logement d’un système de recharge de voiture électrique

Une réduction fiscale : qui passe de 66 à 75 % pour les dons au profit d’associations cultuelles ou d’établissements publics de cultes, effectués depuis le 2 juin 2021 et jusqu’à un plafond de 554 euros.

Une exonération d’impôts : pour la prime de pouvoir d’achat, la « prime Macron » dans la limite de 1 000 euros pour tout salarié gagnant moins de trois fois le Smic (brut), et jusqu’à 2 000 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés ayant conclu un accord d’intéressement ou de valorisation des métiers dit de la « deuxième ligne » (c’est-à-dire les professionnels, hors soignants, qui ont continué à travailler sur site pendant les confinements).

Une revalorisation : du taux de la réduction d’impôts pour investissement dans des PME, de 18 à 26 %. Pour les investissements effectués entre le 9 mai et le 31 décembre 2021.

Des exonérations pour le télétravail  : maintenues comme en 2021. « Chaque personne a le droit à « 10 euros par mois pour une journée télétravaillée par semaine », note La Voix du Nord.

Indemnités versées par l’employeur

Vous n’avez rien à faire (sinon toutefois vérifier vos feuilles de paye et savoir si les allocations pour télétravail n’ont pas été inscrites à la catégorie net imposable). Les allocations ont été déclarées par votre employeur. Dans la limite de 580 euros par an (soit 55 euros par mois et 2,50 euros par jour).

Pas d’indemnités versées par l’employeur

Vous pouvez vous-même déclarer et déduire vos frais engagés durant la période de télétravail. « La solution la plus simple est d’utiliser l’abattement forfaitaire de 10 %. Cela veut dire que vous déduisez 10 % des revenus déclarés en salaire de vos impôts. Là aussi, elles sont limitées à 580 euros par an », indique La Voix du Nord.

Ajoutant : « Enfin, vous pouvez aussi choisir de déduire vous-même les frais professionnels engagés en télétravaillant. Sont concernés : les frais de communication (forfait internet ou installation de box), les frais de mobilier et matériel informatique (ordinateur, tablette ou encore tapis de souris), les frais d’utilisation de local privé (chauffage, eau ou électricité) et les frais de fournitures (cartouche d’encre), et ce, toujours dans la limite de 580 euros par an ».