Albertville: en 8 mois, il est condamné 3 fois pour des appels malveillants

Albertville: en 8 mois, il est condamné 3 fois pour des appels malveillants

En appelant au mois de mars la victime pour s’assurer que tout va bien la justice apprend abasourdie qu’Ilyes continue depuis la prison à harceler son ex-compagne et à l’agonir de messages menaçants, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit : « Je suis déterminé à te faire vivre mille fois pire, quitte à prendre des peines à deux chiffres, lui écrit-il notamment par sms ».

Outre le recel de portable en détention, le jeune garçon comparaissait donc une nouvelle fois pour appels malveillants en récidive.

Après lui avoir rappelé ses deux précédentes condamnations, le juge l’interroge : « Pourquoi avoir repris contact ? » « Nous avons d’abord échangé normalement, puis je suis passé à autre chose. Au mois de mars, ça commençait à faire long en prison, je ne méritais pas cette peine et je me suis énervé. Je voulais juste lui faire peur » « Elle a choisi de rompre il y a six mois. Comment faut-il qu’elle vous l’explique ? Moralement, humainement, c’est son choix ! » « Ça ne se fait pas rétorque Ilyes » « Tant que vous n’aurez pas compris que ça se fait, vous terminerez votre vie en prison ».

Sa détention, reconnaît le juge Jean-Philippe Belperron, se passe bien. « Une psychologue a su trouver les mots pour m’ouvrir les yeux rassure le prévenu » « C’est à dire ? » « Elle m’a dit que par rapport au mal et au manque de respect que j’ai subi, mon ex ne méritait pas mon intérêt, que je perdais mon temps ».

La procureure Aurélie Goutagny se désole de voir qu’Ilyes en est toujours au même point : « On lui a donné une chance, il ne l’a pas saisie, et c’est bien de sa faute, pas celle de la victime ! ». Jugeant les faits caractérisés, elle demande une peine de 8 mois de prison ferme.

L’avocate du prévenu, Maître Livet lance «  Il sait les interdictions, comprend qu’il ne doit pas entrer en contact avec elle. Mais c’est plus fort que lui, il est raide dingue de cette fille et veut comprendre pourquoi elle l’a quitté en lui envoyant un simple sms après 7 ans de vie amoureuse. Dommage que la victime ne soit pas là, elle aurait pu lui expliquer ». Elle conclut, « la prison, ce n’est pas sa vie, il doit être sanctionné, mais pas ainsi ».

Compte tenu la réitération de faits jugés graves, le tribunal a condamné Ilyes à 6 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.