Guerre en Ukraine : la bataille pour le contrôle du Donbass violemment engagée

Pour Vladimir Poutine, les combats pour le contrôle du Donbass, une victoire urgente pour la Russie.
Pour Vladimir Poutine, les combats pour le contrôle du Donbass, une victoire urgente pour la Russie. - Photo d’illustration Pixabay

Le Donbass en ligne de mire

Cinquante-cinq jours après le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine et face à la résistance du peuple ukrainien, notamment avec la capitale Kiev, Vladimir Poutine poursuit sa stratégie d’invasion de l’Ukraine et de libération de l’emprise nazie. Son objectif affirmé depuis plusieurs semaines : prendre le contrôle du Donbass, les régions séparatistes de Donetsk et de Louhansk à l’Est du pays. Régions déjà en conflit avec l’Ukraine depuis 2014.

Une porte d’entrée facilitée pour la Russie ? Quoi qu’il en soit, l’implacable entreprise est déjà engagée, mais elle s’accentue désormais avec la concentration de la majorité des forces russes sur ce front. « Selon un haut responsable du département de la Défense américain (en anglais), la Russie a augmenté de « onze bataillons » en une semaine sa présence militaire dans l’est et le sud de l’Ukraine, portant à 76 le total de bataillons dans le pays, dont 12 sont toujours mobilisés à Marioupol », rapporte France Info.

Alors que les combats s’intensifient aussi sur la ville de Mariopoul, les batailles investissent d’autres villes de l’Est : Roubijné, Popasna, Kreminna, Mykolayiv peut-être bientôt.

Mariopoul serait, elle-même, une conquête d’importance pour la Russie. Elle réaliserait le lien entre Donbass, mer d’Azov et Crimée.

Marquer les esprits avant le 9 mai

« Vladimir Poutine et la Fédération de Russie ont besoin d’afficher une victoire quelconque après les échecs subis », a soutenu à France Info Valéria Faure-Muntian, députée LREM et présidente du groupe d’amitié France-Ukraine à l’Assemblée.

Vincent Touret, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique a tenu des propos similaires au journal Le Monde. « Il y a un sentiment d’urgence, car le Kremlin veut, pour des raisons politiques, une victoire à présenter rapidement à sa population, notamment pour justifier les pertes ».

Une victoire avant le défilé militaire du 9 mai 2022, commémorant la victoire soviétique sur les nazis en 1945.