Pourquoi ne trouve-t-on plus d’huile dans les supermarchés ?

L’huile de tournesol, comme d’autres huiles, pourrait venir à manquer.
L’huile de tournesol, comme d’autres huiles, pourrait venir à manquer.

Quel que soit le supermarché près de chez vous, depuis déjà quelques semaines partout en France, chacun d’entre nous a pu constater en faisant ses courses, l’absence dans les rayons, d’huiles alimentaires : tournesol notamment, mais aussi colza, arachide voire pépin de raisin.

Plus le confinement, mais la guerre

Ce n’est plus l’effet du confinement, comme en 2020 qui a entraîné cette pénurie récente, mais bel et bien la situation de conflit en Ukraine.

À peine croyable et pourtant si ! En supposant la France capable de produire suffisamment d’huiles alimentaires pour les particuliers comme pour les professionnels, on se trouve très loin d’une réalité de plus en plus prégnante dans la vie quotidienne depuis le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine et que beaucoup d’entre nous découvrent : comme pour le pétrole ou les céréales ou le gaz (moins pour la France), nous sommes un pays importateur. Justement avec l’Ukraine !

Une dépendance importante et un effet précaution

Le monde entier importe d’Ukraine 80 % de son huile de tournesol, la France à elle seule, importe de ce pays les deux tiers de sa consommation d’huile de tournesol. Ainsi, dès lors que les risques de pénurie se sont fait connaître, la ruée sur les huiles s’est produite, enclenchant leur raréfaction comme leur hausse des prix.

Et par rebond produisant un report d’achat sur les autres huiles : colza, pépin de raisin… générant la même conséquence : leur absence des rayons des supermarchés.

Aux dires du ministère de l’Agriculture, il n’y aurait pas de pénurie d’huiles dans le pays, la France avait anticipé et constitué des stocks suffisants pour le moment. Admettant toutefois qu’au-delà de l’été, la situation pourrait évoluer.

Appel à la raison et au changement des habitudes

Face à cette perspective incertaine, un appel à la raison est lancé aux Français, pour diminuer sa consommation, éviter de faire des stocks et pour inciter chacun à utiliser d’autres huiles que celle de tournesol : notamment colza, pépin de raisin, olive ou plus difficile à trouver celle de maïs. Sachant que toutes ne sont pas adaptées à la friture.