Un hôtel 4 étoiles inauguré à Saint-Julien

A droite, l’hôtel construit à côté du casino de Saint-Julien-en-Genevois.
A droite, l’hôtel construit à côté du casino de Saint-Julien-en-Genevois.

Dans le Genevois, la tendance est au développement du tourisme d’affaires. Si, dans l’agglomération d’Annemasse, il existait déjà plusieurs établissements comme le Novotel ou le Mercure, l’AC Marriott de Saint-Julien-en-Genevois compte bien se faire une place rapidement dans le paysage. Ouvert le 2 mars dernier à côté du casino, il vise d’abord une clientèle dite « business ». « Cela devrait être environ deux tiers de notre clientèle, pour un tiers de gens de passage  », confie ainsi Patrick Péquiot, président de la holding Compagnie loisirs Portes de Genève, qui comprend l’hôtel et le casino.

Un emplacement enviable

Le premier atout de ce nouveau complexe est forcément son emplacement, à la croisée des autoroutes, à une quinzaine de minutes de l’aéroport de Genève, de Palexpo mais aussi à côté de l’Archparc, son centre de convention et ses 170 entreprises. « On constate déjà les besoins de ces infrastructures d’avoir un hôtel situé à quelques minutes en voiture, avec des prix moins élevés qu’en Suisse, souligne Bastien Lepetit, responsable Hébergement de l’hôtel. Des entreprises locales, basées à Archamps, ont par exemple des besoins réguliers en chambres, pour accueillir des clients. »

Des prestations haut de gamme

Au total, l’établissement compte 93 chambres, réparties sur trois étages (31 par niveau). Mais le tourisme d’affaires ne se mesure pas qu’en nuitées. Les entreprises ont aussi des besoins en salles de séminaires. L’hôtel en est doté de quatre, toutes situées au rez-de-chaussée et équipées en wifi haut débit et vidéoprojecteur, avec des noms qui fleurent bon les montagnes haut-savoyardes comme la salle, la salle Salève et Jura ou les salles Mont-Blanc 1 et 2, de 70m² et 90m² modulables, pour n’en former qu’une de 160m². Une salle fitness de 80m² vient compléter l’offre, alors qu’une passerelle permet de rejoindre le restaurant Les Cocottes, du chef Christian Constant.

Adossé au plus grand groupe hôtelier mondial

Pour mener à bien un projet d’une telle envergure, qui a nécessité l’investissement d’environ 13 millions d’euros, Patrick Péquiot souligne l’importance « d’être adossé à une franchise de renom  ». Les premiers contacts avec Marriott, le premier groupe hôtelier mondial, remontent à août 2018. Il a alors fallu convaincre. « C’est compliqué de signer avec les Américains. Ils ont une telle exigence et leur propre commission sécurité qui passe après la commission de sécurité française. Avec eux, tout est contrôlé. » 20 ans après la construction du casino, en septembre 2002, l’hôtel cher à Patrick Péquiot, puisqu’il avait déjà pour ambition d’en construire un à l’époque, a donc fini par se concrétiser. La directrice de l’hôtel, Stéphanie Cartier, compte une équipe de 20 salariés, un chiffre qui devrait encore augmenter quand l’établissement aura atteint sa pleine capacité d’accueil.

Une connotation montagnarde

Certes, le groupe Marriott est présent partout à travers le monde et Patrick Péquiot a notamment été inspiré par l’établissement Cuzco à Madrid pour penser l’intérieur de son hôtel. Mais le président de la holding Compagnie loisirs Portes de Genève a tenu à donner une connotation montagnarde aux lieux. Le hall d’accueil à la décoration chic et sobre comprend notamment de magnifiques sculptures de pierre façonnées par l’artiste chamoniard, Roland Cretton, également guide de haute-montagne. Dans les chambres, des tableaux abstraits rappellent aussi ce qui fait la beauté de notre département, « le plus beau de France », glisse Patrick Péquiot dans un clin d’œil.

« De nouvelles recettes pour les collectivités »

Lors de l’inauguration de l’hôtel, plusieurs élus locaux étaient présents, comme Pierre-Jean Crastes, président de la communauté de communes du Genevois, la députée Virginie Duby-Muller, Michel De Smedt, adjoint à la maire de Saint-Julien-en-Genevois et Véronique Lecauchois, en charge notamment des finances et des commerces. Absente, la maire était suppléée par son premier adjoint, Julien Bouchet

.

« C’est une très bonne chose pour notre territoire, on en est convaincus, confie l’élu. Les propriétaires misent sur le tourisme d’affaires et il y a le centre de convention à Archamps dont les travaux de rénovation commencent. D’avoir cet hôtel à proximité peut être un plus. Il y a d’abord eu le casino puis le restaurant Les Cocottes, maintenant l’hôtel, ça montre une dynamique et une croissance sur le territoire. C’est réjouissant pour l’emploi aussi et cela engendrera de nouvelles recettes pour les collectivités également  »

Ainsi, à la contribution fiscale du casino, qui représentait avant le Covid environ 5 % des recettes communales, viendront notamment s’ajouter des recettes liées à la taxe de séjour, qui représente environ 60 % des rentrées d’argent pour l’Office de tourisme des Monts de Genève.