Guerre en Ukraine : début des négociations en Turquie

La guerre en Ukraine se poursuit à marche forcée et les pourparlers débutent en Turquie.
La guerre en Ukraine se poursuit à marche forcée et les pourparlers débutent en Turquie. - Photo d’illustration Pixabay

La guerre encore et toujours

Alors que les nouvelles négociations Russo-ukrainiennes débutent à Istanbul en Turquie, après l’accueil des représentants par le président Erdogan, les bombardements n’ont de cesse sur l’Ukraine, notamment l’Ouest du pays, Marioupol où sévit un lourd blocus dénoncé par le président Zélensky, et partout où le conflit est engagé, au Sud, au Nord et à l’Est en particulier. Et toujours à marche forcée et à l’usure. Malgré la résistance des Ukrainiens qui a annoncé avoir récupéré la ville d’Irpin et repoussé les forces russes de Kiev.

Les négociations en Turquie

Au moment où débutent ces pourparlers, le ministère russe de la Défense annonce que « les missions principales de la première étape de l’opération militaire spéciale en Ukraine avaient été accomplies ». Ajoutant que Moscou avait désormais pour « objectif principal », « la libération du Donbass ». Ministère qui a aussi souligné, à cette même fin une : « diminution drastique des hostilités à Kiev et Tchernihiv ».

De premières avancées ?

Tout comme s’exprime la perspective envisageable d’une rencontre entre Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine. Au bémol près que toutes les conditions soient réunies pour la signature d’un traité de paix. « Les résultats de la réunion d’aujourd’hui [à Istanbul] sont suffisants pour une rencontre au niveau des chefs d’Etat », a déclaré David Arakhamia, négociateur ukrainien.

« « Nous reconnaissons uniquement les frontières de l’Ukraine qui sont reconnues dans le monde », avertit le négociateur ukrainien David Arakhamia, à l’issue des discussions avec la Russie. Il prévient qu’il n’y aura « aucun compromis » sur ce point, alors que l’armée russe fait désormais du Donbass son « objectif principal » », précise-t-on sur France Info.

Parlera-t-on d’une avancée, d’un virage important dans le déroulement du conflit et pour son issue. Il est trop tôt pour se prononcer et les semaines qui viennent éclaireront ou pas ces propos, ces volontés.

De son côté l’Ukraine par son président, a parlé d’étudier en profondeur la question de « la neutralité » et du « statut dénucléarisé de notre Etat ». Souhaitant aussi discuter lors de ces pourparlers du statut de la Crimée et de Sébastopol. Et demandant un accord international de garanties de sécurité.

Sur le plan international

Sur le plan international, Emmanuel Macron doit être cet après-midi, mardi 29 mars 2022, à 16 h 30, de nouveau en entretien téléphonique avec le président russe. En particulier pour l’organisation d’une opération humanitaire d’évacuation dans la ville de Marioupol. Opération organisée conjointement par la France, la Grèce et la Turquie.

L’enseigne Decathlon a finalement pris la décision de cesser ses activités commerciales en Russie. En raison de problèmes d’approvisionnement liés aux sanctions internationales. Alors qu’Auchan et Leroy Merlin de la même famille Mulliez persistent à poursuivre leurs activités sur le sol russe.