Chambéry: l’agence de nos confrères du Dauphiné Libéré vandalisée

L’agence du Dauphiné Libéré à Chambéry. Photo François Delestre
L’agence du Dauphiné Libéré à Chambéry. Photo François Delestre

Des tags sur la façade traitant le journal de « Collabo », des vitres fissurées, mais qui ont résisté au choc. L’agence du quotidien régional Le Dauphiné Libéré a été la cible d’un acte de vandalisme, dans la nuit de mercredi 16 au jeudi 17 mars 2022, en plein centre-ville de Chambéry.

L’acte « n’a pas été revendiqué », explique Julien Estrangin, directeur départemental du quotidien, qui annonce par ailleurs que l’entreprise de presse a déposé plainte.

« Une atteinte à la liberté de la presse »

« C’est une violence qui nous choque, au quotidien on essaie de donner la parole à tout le monde, de confronter les points de vue, à la condition qu’il y ait du respect et de l’échange », précise le responsable du journal.

Plus tôt dans la journée, le quotidien avait publié un article en forme de tribune, où le Dauphiné dénonçait un « geste idiot », qui « témoigne d’une dérive violente du débat public que nous ne pouvons ni ne voulons cautionner. »

« C’est une atteinte à la liberté de la presse, a réagi le maire de Chambéry, Thierry Repentin, dans un communiqué publié vendredi 18 mars. Je veux dire toute ma solidarité avec les journalistes et les salariés, (…) leur travail est essentiel au bon fonctionnement de la démocratie locale ».