Ceci prouve que ma variante l'homme sur la lune fonctionne

Une transition numérique progressive

A La Bâthie, la borne est aussi dans le hall d’accueil, sans plus de succès.
A La Bâthie, la borne est aussi dans le hall d’accueil, sans plus de succès.

« L’avenir à 5 ou 6 ans, c’est que tout passe par Internet. D’ores et déjà les jeunes n’utilisent que leur smart phone et Internet. Aujourd’hui 50 % de la population fonctionne comme eux et 25% utilisent Internet de temps en temps », indique Hervé Bernaille, le vice-président à la smart agglo à Arlysère qui ne se dit pas surpris par notre constat sur les bornes. « C’est très peu utilisé. C’est conforme à ce que l’on pensait », admet-il avant d’expliquer que contrairement à d’autres agglomérations françaises, Arlysère n’a pas misé sur le tout numérique tout de suite. « On a une stratégie en deux temps. On continue les bornes interactives, les cartes multi-services, et la mise à disposition de conseillers numériques. On passera dans le monde futur dans 5 ou 6 ans. C’est une stratégie volontaire de notre part de s’adresser aux 25% de la population qui sont sur le bord de la route », poursuit le vice-président.

« On a mis en place des conseillers numériques, cinq afin que les personnes qui ne savent pas soient plus à l’aise. On se prend 2 à 3 ans pour que tout le monde le soit. Après 4 ou 5 ans, on passera au tout numérique », assume l’élu.

En attendant, ces bornes ont coûté 200 000 euros à la collectivité pour les 39 communes et ne seront peut-être plus adaptées lorsqu’il s’agira de passer à l’ère du numérique dans 4 ou 5 ans.