Albertville: En état d’ébriété et blessé, il casse la porte d’entrée des urgences

Albertville: En état d’ébriété et blessé, il casse la porte d’entrée des urgences

31 janvier 2019. Meidhi, en soirée aux Saisies, consomme de l’alcool et se blesse. Il est ensuite transporté au centre hospitalier d’Albertville pour se faire soigner. « Je ne me souviens plus du trajet ni d’être arrivé aux urgences », raconte t-il à la barre. « Lorsque j’ai repris connaissance, je ne savais pas où j’étais et je cherchais une sortie. C’est là que j’ai cassé la porte. » Après les faits, le personnel de santé constate que les deux portes d’entrée des urgences ne fonctionnent plus. Emeline Herlet, Présidente de la Cour lui demande : « C’est votre deuxième passage au tribunal pour des faits liés à l’alcool. En consommez-vous régulièrement ? ». « Non, répond t-il, mais ce soir-là j’avais beaucoup bu et fait beaucoup trop de mélanges avec du rhum et du Génépi. »

Cas trop souvent rencontré dans les centres hospitaliers

Lors de la plaidoirie, Maître Jakubiak-Gros, avocate du prévenu déclare : « Mon client a envoyé un mail d’excuses au centre hospitalier dès le lendemain des faits. Ce n’est pas une personne qui attend d’être convoquée par le tribunal pour réparer et rembourser. Il est responsable et inséré. » Le Ministère Public précise : « Dans cette affaire, l’alcool n’est pas une circonstance atténuante mais aggravante. ». Quant à l’avocate représentant le centre hospitalier, elle explique : « Nous annulons le demande d’indemnisation du préjudice matériel. Le prévenu s’est déjà acquitté de cette facture. Mais les hôpitaux sont trop souvent confrontés à des problèmes dus à des personnes alcoolisées. Suite à cet événement, c’est toute une réorganisation qui a dû être mise en place car la porte d’entrée des urgences n’était plus accessible. Les hôpitaux doivent avant tout se concentrer sur les patients. » Reconnu coupable, le prévenu a été condamné à une peine d’amende de 500 euros. Pour la partie civile, la Présidente de la Cour l’a condamné à verser 1 euro de dommages et intérêts ainsi que le remboursement des frais d’avocat de 450 euros.