Terrain, revenu, débouchés : trois questions autour du travail de la terre en Haute-Savoie

Gwenaël Moulin espère pouvoir se verser un Smic au bout de trois ou quatre ans d’activité de son potager.
Gwenaël Moulin espère pouvoir se verser un Smic au bout de trois ou quatre ans d’activité de son potager.

Sur quel terrain s’installer ?

« L’accès au foncier, c’est vraiment un problème en Haute-Savoie notamment dans la région. C’est rare de trouver une ferme avec du terrain tout autour pour un prix abordable », constate l’agriculteur de Lovagny. Dans son cas, l’ancien banquier avait repéré « un petit terrain agricole » de 4 000 m2 en vente chemin des Mines, près des gorges du Fier. S’il n’a pas pu l’acheter, c’est finalement la Mairie qui en a fait l’acquisition en le préemptant avant de lui prêter. Une deuxième parcelle de 570 m2 lui a été mise à disposition par l’Académie Florimontane, propriétaire du château de Montrottier, qui avait justement « un projet de valorisation des jardins ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite