De nouvelles solutions pour faciliter la circulation à la frontière

De nouvelles solutions sont sans cesse cherchées pour sortir du tout-voiture à la frontière avec Genève.
De nouvelles solutions sont sans cesse cherchées pour sortir du tout-voiture à la frontière avec Genève.

Trop attachés à leur voiture les frontaliers ? En voilà une idée reçue balayée par Anne Hornung-Soukup, présidente du conseil d’administration des Transports publics genevois (TPG) : «  Jusqu’à il y a deux ou trois ans, on croyait que les Français étaient très attachés à leur voiture mais il n’en est rien ! On a pu mesurer dans des sondages combien ils n’aimaient pas les bouchons. Leur engouement pour les transports publics quand ils répondent à leurs besoins est énorme, notamment pour la ligne 17 des TPG (tram d’Annemasse). Il suffit aussi de regarder le succès du Léman Express avant le Covid avec un objectif à deux ans presque atteint en un mois (49 000 usagers par jour). »

Vidéo : interview d’Ingrid Weinstoerffer, responsable mobilité au sein de l’Association des entreprises de la zone industrielle de Plan-les-Ouates

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite