Genève : le salaire minimum cantonal, une mise en œuvre très observée

Dès 2022, il est prévu jusqu'à 30 000 francs d'amende et une exclusion des marchés publics pour les employeurs récalcitrants. ©DRK
Dès 2022, il est prévu jusqu'à 30 000 francs d'amende et une exclusion des marchés publics pour les employeurs récalcitrants. ©DRK

Un salaire minimum a été voté, à l’automne dernier, à Genève pour lutter contre la précarité et la pauvreté. «  C’est une avancée majeure, a exposé la conseillère d’État Fabienne Fisher. Nous sommes complètement dans un esprit de politique sociale. Quiconque travaille mérite un salaire qui lui permette de vivre dignement. » La crise du Covid et le confinement ont davantage révélé la précarité de certains emplois et des injustices salariales. Il s’agit avant tout d’éviter que des travailleurs pauvres doivent faire appel à l’assistance (Hospice Général) pour survivre. Il s’agit aussi de la dignité du travailleur qui mérite un salaire adapté à ses besoins.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Profitez de notre offre Black Friday : 3 mois = 3€ !
J'en profite