«C’est Thonon qui doit gagner les élections, pas les egos»

Gilles Joly était déjà candidat en 2014.
Gilles Joly était déjà candidat en 2014.

Thonon-les-Bains

Adjoint en charge de l’urbanisme, Gilles Joly briguera la mairie de Thonon pour l’UDI.

Quelles sont les priorités de votre programme ?

Aujourd’hui, dans toutes les conversations, on parle de climat, de dérèglement climatique, de la fonte des glaciers. L’urgence climatique est notre seule priorité. La question des transports doit également être au cœur des politiques publiques avec notamment un plan d’investissement pour la mobilité hydrogène, et la création d’une ligne de bus qui desserve vraiment le centre-ville de Thonon, ce qui n’existe pas actuellement. Avec le pôle gare et le quartier Dessaix, le cœur de ville va s’élargir, c’est une chance. Il faut bâtir sur ces points forts.

Quel futur voyez-vous pour Thonon ?

On sera bientôt 40 000 habitants avec une locomotive incroyable pour notre territoire : l’arrivée du Léman Express. Cela va être une turbine économique. Mais en même temps, nous devons préserver notre territoire, garder l’ADN de Thonon. Il faut continuer à évoluer en respectant cette identité, notamment dans certains quartiers, comme Concise, Morcy, Vongy, Tully ou bien encore Corzent. Nous devons n’apporter que quelques touches, très modestes, pour ne pas tuer cette âme de village qu’il y a dans ces hameaux. Il faut également ouvrir de nouveaux espaces aux Thononais, faire rentrer la nature en ville, avec par exemple, le projet de Jean Denais de repenser la place des Arts.

Vous assumez donc votre proximité avec Jean Denais ?

Oui, totalement. Jean Denais, dans le Chablais, c’est un père politique. Je ne renie absolument pas le travail que nous avons fait ensemble. Je lui ai déjà dit, j’ai beaucoup appris à ses côtés. Si certains veulent s’écarter de lui, c’est leur choix, mais ce n’est pas mon cas.

Vous envisagez déjà un rassemblement ?

On est dans un schéma très ouvert, qui permet de trouver des complémentarités avec d’autres listes. L’histoire s’écrira ensemble. C’est notre vision à l’UDI. Il faut éviter les dogmes de certains partis pour rassembler. C’est Thonon qui doit gagner les élections, pas les egos.

On peut dire que votre programme est la lignée de ce qui se fait déjà actuellement ?

Oui totalement. Je suis dans la même lignée, mais il faut aller encore plus loin.

Même dans le dossier de l’urbanisme ?

Non, pas forcément. Mais lorsque l’on regarde la courbe des constructions à Thonon, on observe des pics tous les sept ans environ et nous sommes à la fin de l’un de ces pics.