Le canton de Genève a-t-il les moyens de financer des projets en France ?

Selon Pierre-Jean Crastes, président de la communauté de communes du Genevois, Genève «ne peut pas prélever des recettes sans réfléchir à des alternatives.»
Selon Pierre-Jean Crastes, président de la communauté de communes du Genevois, Genève «ne peut pas prélever des recettes sans réfléchir à des alternatives.»

Avec un budget 2021 affichant un déficit historique de 846 millions de francs suisses, le canton de Genève peut-il se permettre d’investir dans des projets sur sol français ? La question mérite d’être posée. «  La situation financière de Genève est catastrophique  », juge Antoine Vielliard, vice-président aux transports de la communauté de communes du Genevois de 2014 à 2020.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite