Chambéry : que réclament les intermittents du spectacle qui occupent l’Espace Malraux?

Une résistance des intermittents et une occupation de Malraux, pour rouvrir l’espace culturel, tout en engageant des négociations sociales.
Une résistance des intermittents et une occupation de Malraux, pour rouvrir l’espace culturel, tout en engageant des négociations sociales.

Des affiches, des matelas, de la nourriture… Depuis peu, l’Espace Malraux, à Chambéry, est redevenu un espace de vie après des mois de fermeture forcée par la crise sanitaire. Une vingtaine de personnes se relayent jour et nuit pour occuper les lieux et des assemblées générales ont lieu tous les jours à 11 heures et 18 heures. La décision de l’occupation découle de celle du théâtre de l’Odéon à Paris qui a commencé quelques jours plus tôt. « On s’est retrouvé dans leurs actions, leurs revendications », explique Amélie Piat, intermittente du spectacle et occupante de l’Espace Malraux. « Quand on a vu qu’ils investissaient l’Odéon, on a lancé un appel entre intermittents du spectacle en Savoie, et on s’est dit qu’il fallait que nous aussi, nous fassions quelque chose  ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite