Remontées mécaniques fermées : les aides au secteur renforcées

Les remontées mécaniques ne rouvriront pas en février et probablement pas de la saison.
Les remontées mécaniques ne rouvriront pas en février et probablement pas de la saison. - Photo Office de tourisme Avoriaz

Le premier ministre Jean Castex rencontrait lundi 1er février les acteurs de la montagne. Dix jours après l’annonce de la non-réouverture des remontées mécaniques en février, ils étaient en attente d’aides de l’État pour soutenir la filière. Le premier ministre a annoncé un élargissement de l’accès au fonds de solidarité aux entreprises « en amont de la chaîne de valeur ».

Ainsi, les commerces de matériel de ski et des activités annexes seront éligibles aux aides versées par le fonds de solidarité ainsi qu’à celles du plan Tourisme et les coûts fixes des entreprises du secteur de la montagne seront pris en charge, quel que soit leur chiffre d’affaires, afin de les aider à passer le « choc sans précédent » de la crise sanitaire, a annoncé Matignon.

« Les discussions se poursuivent. Nous voulons que la montagne française ait un avenir. On est déjà à 4 milliards d’euros pour toutes les aides décaissées », assure Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État en charge du Tourisme. Le premier ministre a également annoncé le lancement au printemps d’un plan montagne pour « investir et préparer l’avenir » et la prise en charge, pour les salariés et saisonniers en activité partielle, de leurs frais de formation dans le cadre du dispositif FNE-Formation.

Interrogé par Public Sénat, le sénateur de Haute-Savoie, Cyril Pellevat pense que « les acteurs de la montagne préféreraient rouvrir plutôt que d’avoir des aides. Mais s’il y a une saison blanche, il faut que l’on soit sûr que tout l’écosystème de la montagne soit préservé et en capacité de rouvrir la saison prochaine »