Spray, bain de bouche… De nouveaux produits anti-covid développés en France seront bientôt disponibles

Des armes anti-covid vont bientôt s’ajouter à notre arsenal.
Des armes anti-covid vont bientôt s’ajouter à notre arsenal. - Illustration

Spray nasal anti-Covid ou masques aux propriétés virucides ont vu le jour et pourraient bien intégrer notre routine de gestes barrières.

L’utilisation du gel hydroalcoolique après avoir touché une surface ou avoir été dans un espace bondé est devenue seconde nature (enfin, on espère pour vous). Et le masque permettrait, selon plusieurs travaux, de réduire la charge virale chez les patients touchés.

En plus de ces deux indispensables, on pourra bientôt ajouter d’autres armes contre le virus à notre arsenal.

On le sait, le Covid-19 est principalement transmis par les gouttelettes de salive ou les écoulements nasaux lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Alors, certains ont eu l’idée de développer des produits agissant à la source, pour «désactiver» ces gouttelettes.

Spray nasal

C’est ce que promet de faire le spray nasal développé par le groupe français Pharma & Beauty (P&B). Un dispositif médical de classe 1 qui devrait obtenir prochainement son marquage CE en vue de sa commercialisation dans les pharmacies d’Europe dès février.

Ce spray nasal à base d’eau ionisée, connue pour ses propriétés antimicrobiennes, élimine 99% de la charge virale. L’objectif: avoir un effet préventif après une prise de risque par exemple, mais aussi réduire la charge virale chez les personnes infectées.

Masque intelligent

La société ProNeem, à Marseille, a conçu un masque «intelligent», imprégné d’un virucide.

La jeune entreprise, connue pour un antiacarien naturel, utilise la même technique contre le nouveau coronavirus: une micro-encapsulation des actifs, qui permet au produit de pénétrer durablement les fibres textiles. Son masque «Viral Stop», de catégorie 1, a passé tous les tests d’innocuité et d’efficacité imposés par la réglementation française et sera vendu dès la fin janvier dans les bureaux de tabac.

ProNeem a été choisie par l’Afnor (association française de normalisation) pour réaliser des tests sur des masques «sport». À première vue, «Viral Stop», déjà vendu une dizaine d’euros sur le site de ProNeem, ne diffère pas des autres masques en tissu. Sauf qu’il est imprégné d’un «lait» virucide, à base de chlorure d’argent, qui élimine 99,9% du virus en quelques minutes en détruisant sa membrane, selon l’expertise réalisée par un laboratoire indépendant sur le Covid-19.

Bain de bouche

Et pourquoi pas un dispositif aux effets similaires pour une hygiène buccale anti-Covid? Un bain de bouche – lui aussi capable de réduire la charge virale – a été mis au point, cette fois-ci par le géant Unilever, rapporte 20 Minutes.

Le groupe néerlando-britannique a commandé une étude indépendante menée in vitro sur l’efficacité virucide de son produit à base de chlorure de cétylpyridinium (CPC), connu pour ses propriétés antivirales et antibactériennes.