Séquestré dans le grenier, le trentenaire était affamé par son père

Les faits se sont produits près de Mulhouse
Les faits se sont produits près de Mulhouse - MapCreator

L’affaire est sordide. Mercredi 23 décembre, dans la soirée, les gendarmes sont appelés par une femme qui demande de l’aide à son domicile, à Malmerspach, à une vingtaine de kilomètres de Mulhouse, en Alsace. Son mari, un homme de 70 ans, a été frappé au visage par son fils de 39 ans. Quand les forces de l’ordre arrivent au domicile familial, le père n’est plus là mais le fils reconnaît sans hésiter avoir commis ces violences, rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Conformément à la procédure, les gendarmes doivent s’assurer de l’état de santé du prévenu avant de le placer en garde à vue. Ils décident donc de l’emmener aux urgences de l’hôpital de Mulhouse. Pendant le trajet, le trentenaire ne se sent pas bien. Lorsqu’il se déshabille pour être examiné, les personnes présentes sont choquées. « Il m’a fait penser à ces images de prisonniers dans les camps », déclare un témoin aux Dernières Nouvelles d’Alsace. Maigreur extrême, os saillants, joues creusées, l’homme présente tous les signes de la malnutrition.

Un véritable calvaire

Le trentenaire raconte alors un véritable calvaire, commencé en novembre 2019, quand il perd son emploi et revient vivre chez ses parents. Il y a quelques mois, son père trouve que sa recherche d’emploi n’est pas assez active et que son fils est un « bon à rien ». Il loge alors son fils dans le grenier de la maison et lui interdit de descendre. Selon le fils, il parvient à descendre la nuit pour descendre discrètement manger des restes mais son père s’en aperçoit et ira jusqu’à bloquer la trappe d’accès. Des privations qui auront duré au moins quatre mois. Interrogés par les enquêteurs, les voisins proches de l’habitation ne savaient même pas que le fils était revenu au domicile parental.

C’est la faim qui a poussé le fils a levé la main sur son père, alors alcoolisé. Si le fils n’a pas été poursuivi pour les coups portés, le père a été présenté devant le Paquet de Mulhouse samedi 26 décembre. Mis en examen pour « violences et séquestration », il a été laissé en liberté, sous contrôle judiciaire. Il a interdiction de se présenter au domicile familial, d’entrer en contact avec sa femme ou son fils et comparaîtra devant le tribunal judiciaire de Mulhouse le 3 février 2021, détaille France Bleu.