Covid-19 : pas de reconfinement mais un couvre-feu étendu dans certains départements

Allons-nous connaître un troisième confinement?
Allons-nous connaître un troisième confinement? - Mathis Brancquart - Photo d’archives

Mise à jour à 20 h 30

Olivier Véran, ministre de la Santé, était l’invité du journal télévisé de France 2, ce mardi 29 décembre. Il a ainsi fait part des décisions prises par le conseil de défense sanitaire qui a eu lieu le matin même.

Pas de reconfinement

Olivier Véran a d’abord fait le point sur la progression de l’épidémie. « Il y a des disparités régionales importantes, avec l’ouest de la France moins touché et l’est de la France plus touché. La situation est plus problématique dans quatre régions : le Grand Est, la région Franche-Comté, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Alpes-Maritimes. », a-t-il précisé. Le ministre de la Santé a écarté « pour le moment », un reconfinement, qu’il soit total ou local.

Il a en revanche précisé que le couvre-feu serait étendu dès 18 heures dans certains départements et métropoles à partir du 2 janvier. La liste des départements concernés par cette mesure sera rendue publique le 1er janvier.

Les contraintes probablement prolongées

Interrogé sur l’échéance du 7 janvier, à laquelle les théâtres, musées, cinémas mais aussi les remontées mécaniques devaient rouvrir, Olivier Véran a estimé qu’il paraissait « difficilement concevable à ce stade de lever la totalité des contraintes le 7 janvier ». Concernant ce point, le ministre assure sur des «  décisions seront annoncées dans le courant de la semaine prochaine, lorsque nous aurons les informations à date »

– --

Va-t-on nous annoncer un nouveau confinement ? Ou d’autres mesures ? Un conseil de défense sanitaire a lieu ce mardi 29 décembre. Face à des contaminations toujours plus importantes en France (15.000 nouveaux cas par jour en moyenne) et la peur d’une troisième vague, l’exécutif étudie différentes hypothèses.

1 – Reconfinement local ou général ?

Dimanche 27 décembre, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran n’excluait pas la piste d’un troisième confinement. «  Nous prendrons toutes les mesures nécessaires si la situation devait s’aggraver car on ne peut pas laisser flamber l’épidémie à nouveau. », a-t-il ainsi déclaré. Plusieurs pays européens ont déjà adopté des mesures restrictives, avant ou après les fêtes de Noël.

Des voix s’élèvent pour demander au Gouvernement d’adopter cette solution. «  Sur le plan strictement médical et sanitaire, il faudrait faire comme nos voisins, prendre des mesures plus strictes, comme reconfiner au 26 décembre », estimait ainsi Jillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré, dans les colonnes du Monde.

D’autres ont lancé des appels à des confinements locaux, par exemple le maire de Nancy, Mathieu Klein, qui a jugé « inéluctable » un reconfinement local face au rebond de l’épidémie de Covid-19 dans le grand Est.

Didier Guillemot, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, interrogé par 20 Minutes, estime que cette option pourrait être la clef : «  D’un point de vue épidémiologique, confiner localement ou régionalement, ça pourrait être très utile et moins pesant pour une grande partie de la population française. » Mais difficile à mettre en place : «  Qui va gérer ces reconfinements locaux ? Les présidents de région ? Les préfets ? Ils ne sont pas forcément les mieux placés », poursuit l’expert.

2 – Report de la rentrée ? Télétravail ?

L’Allemagne a annoncé une rentrée différée après les fêtes alors qu’en France, selon nos confrères du Parisien, la rentrée du 4 janvier dans les écoles, collèges et lycées se déroulera « normalement ».

Concernant le télétravail, son assouplissement n’est plus d’actualité aujourd’hui. Si Élisabeth Borne, la ministre du Travail souhaitait annoncer son relâchement dès la première semaine de janvier, c’était uniquement «  sous réserve qu’il n’y ait pas une dégradation de la situation sanitaire ».

3 – Prolongation du couvre-feu et ouverture des restaurants repoussée ?

Dans le plan annoncé par le chef de l’État, le couvre-feu devait durer du 15 décembre au 20 janvier. Il pourrait cependant être maintenu plus longtemps, une éventualité que le premier ministre Jean Castex avait annoncée dès sa mise en place : «  Le 20 janvier, si la période des fêtes de fin d’année ne s’est pas traduite par un rebond de l’épidémie, alors nous pourrons envisager de lever le couvre-feu. »

Autre échéance qui dépend de l’évolution de l’épidémie : la réouverture des bars et restaurants le 20 janvier. Une date qui paraît aujourd’hui compromise. Les lieux culturels, ainsi que les salles de sport, qui devaient, eux, rouvrir le 7 janvier, pourraient connaître le même sort.