Optic 2000 Evian : Le point de rencontre privilégié pour les personnes malvoyantes

Le Messager : Vous êtes installé à Evian depuis maintenant plus de dix ans et  vous vous êtes spécialisé en basse vision pouvez-vous nous en dire plus ? 

Alexis Cantenot d’Optic 2000 Evian : « La basse vision, appelée aussi malvoyance, est due à une dégradation importante de l'acuité visuelle ou à une réduction du champ visuel. Les personnes atteintes d’une déficience visuelle, dont la DMLA ou le glaucome sont l’origine la plus fréquente, souffrent d’une altération plus ou moins profonde de leur champ visuel. Les difficultés ou les incapacités à lire, se déplacer, cuisiner, conduire... constituent un véritable handicap »

 

LM : Comment se déroule une prise en charge en magasin ?

AC : « Notre objectif, c’est d’aider les personnes malvoyantes à préserver ou retrouver de l’autonomie dans leurs tâches quotidiennes. Nous les accueillons sur rendez-vous dans un espace dédié à la basse vision, nous évaluons leurs capacités visuelles et identifions les tâches prioritaires qu’elles souhaitent pouvoir accomplir. Ensuite, nous déterminons les aides visuelles les mieux adaptées. Etre malvoyant et autonome, c’est possible ! »

 

LM : Quels types d’aides visuelles proposez-vous ?

AC : « Nous disposons d’équipements grossissants (de 12 à 85 fois !) comme des systèmes microscopiques ou télescopiques très pratiques car ils sont intégrés aux lunettes, et des loupes (à main ou à poser) simples ou électroniques permettant de capturer des images et de choisir plusieurs fonds colorés. Nous proposons aussi des équipements favorisant les contrastes : des éclairages spécifiques et des verres teintés qui limitent l’éblouissement. Grace à l’intelligence artificielle, certains équipements peuvent maintenant lire les textes, reconnaître des visages ou des billets de banques. Les aides les plus appropriées aux attentes sont testées et quelquefois prêtées à la personne malvoyante afin d’en apprécier l’intérêt. »

 

LM : Votre magasin est certifié Point expert basse vision comment avez-vous obtenu cet agrément ?

AC : « Un magasin Optic 2000 qui a l’agrément répond à un cahier des charges strict qui comprend notamment, une salle isolée pour la basse vision, la mise à disposition d’une gamme de produits adéquats et un opticien qui suit une formation basse vision continue. Ces critères sont validés lors d’un audit en magasin en présence d’une personne malvoyante. »

 

LM : Pourquoi avoir choisi cette spécialité ?

AC : « Ayant moi même une grand mère atteinte d’une DMLA, j’ai réalisé que pouvoir continuer à lire son courrier, ses relevés bancaires et ses dates de péremption  est indispensable pour rester autonome. La pratique de la basse vision demande du temps, de la patience et de l’altruisme ; des valeurs que nous essayons de partager au magasin. »